INSTITUT LEININGER 
        Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté (KRIYA)
                                   
Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.
                                    
Pour votre bien-être
Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

               
     Le YOGA traditionnel

                   

Le mot "YOGA" est très connu : son contenu réel, beaucoup moins.
S'il est vrai que le mouvement c'est la vie, le Yoga n'est pas un sport. Il est une bonne pratique physique à laquelle il importe d'associer son fondement philosophique qui lui donne tout son sens et son efficacité dans le sens de développer la conscience.

C'est pourquoi il importe de définir des nuances importantes et de le considérer comme une tradition reliée à plusieurs systèmes philosophiques, si on veut vraiment en retirer les bienfaits ...
Ainsi le travail accompli à l'Institut Leininger apporte-t-il ses effets dans le sens de l'amélioration de votre qualité de vie ...
... Même s'il se fonde sur la pratique posturale, le Yoga est bien plus qu’une simple gymnastique orientale, il est aussi une attitude, d'où une méthodologie adaptée. Il s'agit d'une discipline très structurée et très utile à notre époque bien que très ancienne.
Le Yoga traditionnel est avant tout une discipline fondée sur l'arrêt et le contrôle.
 Voir aussi :
       - Yoga et Kriya-s                 
     
 - Votre séance de Yoga                  
       - Hatha-Yoga                   
       
- Le Yoga de A à Z                   
       - Améliorer le Yoga             
    
   - Concept de souffrance humaine    
    
   - Le Yoga taoïste                 
 
                       

C'est une voie d'autonomie qui permet de se forger une culture du Yoga tout à fait personnelle fondée sur une réflexion vraie.    
En effet, le Yogi vise une cessation dans le comportement quotidien sur les divers plans de son être :
       - arrêt des fluctuations mentales (traduction de "Yoga Chittavritti Nirodha", la seconde stance des Yoga-Sutra).
       -
arrêt des mouvements désordonnés du corps
       -
arrêt du désordre respiratoire,
       -
arrêt du gaspillage d'énergie
       -
arrêt d'accumulation du karma
       -
arrêt des communications verbales inutiles
C'est à ces éléments que l'on voit la véritable évolution du pratiquant et son niveau de pratique.
Ce sont les conditions incontournables pour accéder à l'état de méditation.
Selon Tara Michael, spécialiste du Yoga, voici ce qu'il tient lieu de faire pour vaincre les obstacles : s'habituer à concentrer l'esprit sur une seule chose à la fois (YS, I, 14 et I, 32), apaiser l'esprit en développant bienveillance, compassion, sympathie, contentement, indifférence envers les méchants, contrôler le souffle, méditer sur l'esprit d'un être désintéressé (sage, saint, maître spirituel), sur les images de rêve, sur l'état de sommeil profond, sur un objet pour lequel l'esprit a une prédilection, en tenant compte de ce que le type et l'objet de méditation doivent convenir au tempérament du yogi.
La consécration à Ishvara, dieu personnel, qui supprime tous obstacles, fait partie de ces obligations.
Sur un plan purement technique, le Yoga peut rester fidèle à une forme de pratique, plus ou moins éloignée des techniques présentées par les textes anciens tels que le "Hatha-Yoga Pradipika", le "Gheranda Samhita", le "Shiva Samhita". Mais il peut aussi s'enrichir d'apports extérieurs tirés d'autres formes de Yoga physique, d'autres pratiques gymniques de l'Inde, de mouvements martiaux de l'Inde (la très classique "Salutation au Soleil" est un emprunt fait aux Kshatriyas, la caste des guerriers, il y a quelques siècles seulement).

L'apport de l'Occident - "swadharma" et principes de vie
Le Yoga peut encore affiner ses techniques en empruntant aux autres formes de pratiques étrangères au Yoga et à son pays d'origine.
Cela se comprend encore mieux lorsque ce même Yoga est exporté et qu'il est possible de le compléter des apports du pays d'adoption. La redoutable question à se poser est la suivante : compte-t-on rester un pur et dur emprisonné dans une forme, ou bien préfère-t-on apporter aux autres un maximum d'effets tout en respectant la logique du Yoga et de ses idéaux ?
On suivra sûrement avantageusement, la voie du Swadharma, sa "propre loi d'action". Donc, un esprit épistémologique ainsi que des moyens pédagogiques fondés sur l'adaptation, sont importants dans la compréhension
  et le choix des moyens de recherche.
Selon Tara Michael, la pratique des Yama élimine les résultats pénibles liés à une conduite non conforme aux exigences éthiques, celle des Niyama élimine émotion, pensées inharmonieuses, troubles, celle des Asana, ôte gêne et agitation causée par le corps, le Prânayama enlève les perturbations venant d'un flot de forces vitales insuffisant ou irrégulier, le Pratyahara élimine les distractions dues aux impressions sensorielles, ce qui permet d'accéder alors au Samyama.

La pratique des Yama et Niyama ne se voit pas
et n'a rien de spectaculaire. Elle est encore moins stable, dans ses résultats, que la pratique des "âsanas", du "prânayama" ou de la méditation. Voie difficile et exigeante qui n'apporte aucun avantage extérieur, bien que... Comprendre nos outils mentaux, que certains considèrent comme ennemis, est fondamental. Reconsidérer sa vie à la lumière de ces notions, revient à voir sous un autre jour l'intégralité de son existence, sans compromettre quoi que ce soit.

Retour à la page d'accueil