INSTITUT   LEININGER   

Institut de Thérapie holistique, YOGA, Yogathérapie
Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté
Pour votre équilibre et votre mieux-être
Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

          
       Yoga, Thérapie holistique, Coaching, Yogathérapie
                                                                                                                                                                                                                Article paru dans la revue de Yoga n°152-153 
                     

Ces pratiques spécifiques que l'Institut Leininger met à votre disposition font déjà l'objet d'une présentation sur ce même site.
Il était important que ma revue les présente aussi : vous trouverez de nouvelles nuances qui vous intéresseront, j'en suis sûr.
On en connaît d'intenses et fugaces, éphémères et forts mais toujours de durée limitée, même si celle-ci porte sur des heures, des jours, des mois, des années …

Le Yoga peut-il être un moyen d'accompagnement ?
A la fin de mon livre sur la psychosomatique, le Yoga et la philosophie paru aux éditions Dervy, j'écrivais que je m'orientais vers la fonction de Coaching. J'avais, entre 2006 et 2007, rencontré trois Coaches de haut niveau afin de leur faire part de cette activité que je souhaitais ajouter à celles de l'Institut. Ils y étaient tout à fait favorables, compte tenu de la description que j'avais faite de mon potentiel dans ce domaine.
Certains projets ont été interrompus en 2007 … mais seulement interrompus, ajournés, si vous voulez, jamais enterrés.
A partir de 2010 j'ai accompagné en Coaching, certains publics en difficulté, en Haute Garonne et dans le Gers.
Je me suis muni d'autres outils précieux qu'il me semblait important d'avoir en ma possession afin d'offrir à mes clients, des services encore plus complets liés à mes fonctions de thérapeute, un mot sensible comme nous le verrons en page 21.

Parcours de vie.
Comme nous l'avons vu page 6 (NB voir "Histoire de logique" paru sur ce même numéro 152-153), je suis davantage connu comme professeur de Yoga ce qui fait parfois oublier mes autres "casquettes".
Mais quelles sont-elles et à quoi correspondent-elles ?

Voir aussi :
     - Méthodologie                     
 
    -
Stages : mode d'emploi      
     - Qui est Gill-Eric Leininger Molinier ? 
     - Mes engagements           
     - Vos témoignages
     - Prochain stage               
     - Stages de l'été prochain              
     - Mon expérience                                
    
- Retraites en silence                 
     - Coaching              
     - La revue de Yoga                
     - Formation de professeurs              
    
- Mes livres     
     - Mon livre sur le Yoga            
     - Accompagnement "psy"  

    
- Le mouvement c'est la vie   
     
- Bien respirer
                                      
     - Groupes de parole    
     - Conférences                
     - Liberté          
     - Nos tarifs            
    
- L'Institut Leininger sur les ondes ...     
                                          

En 1985, soit 8 années après avoir commencé à enseigner le Yoga, je terminais mon premier mémoire dont la rédaction m'avait été suggérée par Adrienne Houry, pédagogue et psychothérapeute parisienne avec qui j'ai travaillé au cours de plusieurs formations en 1984, à Chatenay-Malabry. L'un de mes formateurs que j'ai pris soin de remercier de vive voix il y a quelques mois puis dans mon livre sur le Yoga récemment paru, avait travaillé avec elle.
Aussi, j'avais souhaité bénéficier de ses apports compte tenu des énormes bénéfices que j'avais retirés de mes stages suivis au CREPS (Cf. cliché) sous la direction de cet homme. Il faisait preuve d'une intransigeance et d'une précision redoutables en même temps que d'une expérience corporelle d'athlète de très haut niveau qu'il avait été.

       Illustrations : Le compagnon de l'expérience

Ses qualités m'avaient suffisamment marqué en 1979 et 1980 (diplômes d'Instructeur niveau I et niveau II) pour que je suivisse la même voie de refus de l'à-peu-près, de rejet du moutonnisme et de l'insatisfaction vis à vis des aprioris.

Un idéal.
Fort d'une première formation en Yoga et en ayant entamé une seconde, l'approche en psychopédagogie me semblait indispensable. Une fois la formation achevée, j'attaquai la rédaction du mémoire qui allait porter sur la pédagogie du Yoga.

J'y avais noté que pour être un bon professeur de Yoga, il faudrait être diplômé en psychologie ou en médecine. Je m'orientais déjà vers la constitution d'une culture du Yoga, nécessaire lorsqu'on se destine à l'enseigner vraiment.
Poursuivant un travail psychologique pour devenir thérapeute, moins de deux ans après, je repartis à l'université pour un parcours de six années menant au diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en psychologie clinique, on dit maintenant un Master II. J'avais une très haute idée –je l'ai toujours- de ce que pouvait et devait être l'enseignement du Yoga. C'est pourquoi il me semblait au moins utile sinon indispensable, d'avoir une solide formation dans le domaine des sciences humaines.
Les années qui suivirent donnèrent raison à ce jugement, tant en positif qu'en négatif. En négatif car j'ai vu, observé, entendu des choses qui n'auraient jamais dû être : un minimum de connaissances eût permis à certains représentants institutionnels, formateurs et enseignants de Yoga, de les éviter.
En positif car la possession des bagages complets m'a permis et me permet encore, de mener une activité responsable, décidée et dégagée de la tendance à suivre parce que "tout le monde" le fait.

Définitions.
Dans son ouvrage sur "La science du Yoga", l'auteur indien Taimni précise que l'ouverture d'esprit doit s'accompagner de l'acquisition de connaissances. Les deux sont complémentaires et en fait, l'une ne va pas sans l'autre. C'est dans cet esprit que j'ai créé l'Institut en 1994 tout en débutant ma formation de Yogathérapeute ainsi qu'une étude d'environ 60 journées en médecines ayurvédique et tibétaine. C'est ainsi que j'ai pu renforcer le potentiel de l'Institut par les prestations suivantes en plus de celle du Yoga traditionnel :

     • Yogathérapie
     • Coaching
     • Thérapie holistique.
Mais qu'est-ce que c'est ? Quels liens ces domaines peuvent-ils avoir avec le Yoga dont traite la revue Drish ? Comme j'ai pu l'écrire à plusieurs reprises, aussi bien dans mon livre sur le Yoga que dans la revue (Drish n°24 et 50), si le mot "Yogathérapie" existe, cela ne veut pas dire que les professeurs de Yoga soient des thérapeutes, loin de là.

Pouvoir et limites du Yoga.
Comme j'ai pu l'expliquer et l'écrire et aussi comme je l'exprime dans les colonnes de la revue et lors de mes stages, le Yoga ne peut pas tout et des prérequis sont nécessaires quant à sa pratique. C'est la raison pour laquelle, en ce qui me concerne personnellement, je lui ai toujours associé d'autres disciplines.
Il peut apporter une amélioration sur bien des plans, mais exige des atouts spécifiques pour devenir thérapeute, bien que ce mot soit utilisé un peu trop souvent sans discernement réel.
Le Yoga apporte de nombreux bienfaits si on associe au Hatha-Yoga ou Yoga physique, le Yoga royal ou Raja-Yoga. Ce sont ces deux Yoga-s que j'enseigne au sein de l'Institut.
Je ne limite pas ma recherche à l'un ou l'autre domaines afin d'assurer des apports plus justes et complets en pédagogie et didactique. De ce fait, i
l est évident que la revue aussi bien que les stages, les cours et la formation des professeurs de Yoga que j'assure, les journées d'étude et l'approfondissement sont pétris de tout cela, en plus de la dimension préventive indispensable quel que soit le niveau du pratiquant.
La thérapie a aussi un côté préventif, ce qui est évident.

Retour à la page d'accueil