INSTITUT LEININGER    
Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté (KRIYA)
Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.
Pour votre bien-être
Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

               
     Le Yoga : priorité à une bonne respiration, ample, profonde, lente, correcte
                     

La respiration est un important chapitre dans la pratique du Yoga.
Il importe de bien saisir que, tant sur le plan pédagogique que sur celui physiologique, il importe de donner au corps les moyens de bien respirer.
Cet étape est le prélude au Pranayama qui ne doit pas être abordé ttant qu'on n'a pas une respiration naturellement tout à fait correcte.
Cela ne s'apprend pas, mais se met en place par la pratique des exercices de Yoga, conformément à ce qu'annonce la tradition.

voir aussi : 
       - Bien respirer              - Pourquoi respirer par le nez ?                - Le diaphragme             - Libérer le diaphragme             - Stages prochains             - Yoga : un bénéficiaire : le diaphragme
       -
La Conscience du Souffle        - La Tradition du souffle
               -  Le prânâyâma, le travail sur le souffle                          - Mieux respirer     
                                                 

De même que la fonction respiratoire est â la base de toute vie, elle constitue un des plus importants chapitres du Raja-Yoga ; encore faut-il définir ce qu'elle est et les moyens de l'utiliser. Tout être, dès sa venue au monde, humain, animal, végétal, a une respiration qui lui est propre. Pour nous, cette fonction est organisée selon un processus complexe situé au niveau du bulbe rachidien, ce qui en fait un phénomène entièrement viscéral. II s'agit donc, dans un premier temps, de "laisser faire" plutôt que "faire", de prendre conscience plutôt qu'imposer.

Conscience du souffle et du travail diaphragmatique

La conscience du souffle est un point d'ancrage pour le mental, évite qu'il s'évade, permet une oxygénation bénéfique et un apport énergétique. On parle en terme de "passivité", le seul effort volontaire étant lié au mental. S'il est risqué d'imposer un rythme, une amplitude, un blocage du souffle ou un effort volontaire allant à l'encontre de notre nature, nous pouvons agir sur l'appareil respiratoire lui-même en observant d'abord son fonctionnement, puis en l'amplifiant avant d'agir de façon directe sur la musculature et l'ossature.
Lorsqu'il entreprit de rédiger ses "Yoga-Sutra" sur lesquels repose tout le Yoga actuel, Patanjali, il y a plus de 20 siècles, plaça la pratique posturale avant celle des techniques énergétiques liées au souffle. Il voulait dire par là même que seuls ceux qui avaient une maîtrise totale des postures pouvaient se permettre de passer à des techniques respiratoires plus élaborées parce que :

• corps et esprit étaient prêts,
• le système respiratoire pouvait supporter les conséquences du Prânâyama,
• les conditions favorables â une respiration correcte se trouvent réunies dans un corps souple et fort.

Objectif

Notre travail postural aura pour but de recréer et de maintenir ces conditions qui nous permettent l'emploi optimal de l'ensemble de l'appareil respiratoire et l'établissement définitif d'une respiration naturelle et pleinement efficace.
Il faut enfin noter que tout le travail accompli à l'Institut, est fondé sur le fait qu'on ne défait pas une tension par la violence mais par la douceur et la patience.

Retour à la page d'accueil