Yoga en solo

 INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

                      
     Yoga "en solo
"
                      

Voir aussi :
       - Votre séance de Yoga                   - Votre séance individuelle                - Yogathérapie                                                                                       
                                              

Tout au long des pages sur ce vaste sujet du Yoga au quotidien (˝Papy s’entraîne tous les jours˝), j’ai pu poser, au fur et à mesure, les fondements de ce qui permet de réfléchir à une pratique quotidienne dans tous les domaines.
La question des cours de Yoga étant réglée lorsqu’on pratique avec un enseignant de façon régulière à un moment (jour, heure, lieu …) bien défini, ce rythme s’installe alors selon l’habitude, non routinière, mais plutôt attendue, désirée, bien réservée dans l’agenda personnel et même familial, puisqu’il arrive parfois que les proches rappellent au pratiquant, dans leur intérêt aussi, semble-t-il, qu’il y a la séance de Yoga à ne pas manquer ... 

Les effets
Vient peu à peu le temps où des bienfaits et changements se font sentir, parfois remarqués par l’entourage en premier et dépassant souvent les espoirs que l’on avait placés dans cette pratique inconnue jusque-là. Mis en rapport direct avec la pratique, ils constituent un encouragement à poursuivre, à reprendre vite après les congés. Mais le choix reste : poursuivre ou non. Même en notant les bénéfices appréciés, il arrive que l’on arrête sa pratique pour les raisons les plus diverses : déplacement, horaires, autres activités, vie familiale ou professionnelle ou … motivation perdue. J’ai parfois entendu d’anciens pratiquants dire :
     ‘Le Yoga me faisait du bien …’.
L’autre choix est de continuer : deux options
  se posent.

Deux options
La première est de persévérer en termes d’assiduité, de régularité, non seulement pour se faire du bien une fois par semaine, mais aussi pour entretenir les bénéfices retirés de cette discipline. L’autre façon de persévérer est de tenter d’aller plus loin : là encore, deux voies s’ouvrent.
La première est d’approfondir la connaissance de la tradition du Yoga. La seconde possibilité est de se mettre à pratiquer plus souvent, en mettant en place une nouvelle habitude, celle de travailler seul, chez soi. Je développe largement cet aspect, chaque année, lors des séances précédant l’été, en insistant sur la nécessité du travail sur le mental et ses tentatives de déjouer nos plans. Le premier séminaire de Yoga de Collbato de Juillet 2013, insistait sur ce point ; les stages en général, permettent de développer très concrètement cet aspect fondamental.

La question se pose : quoi ?
Pour ce faire, reste toujours la question, qui est parfois un piège du mental qui n’a pas envie qu’on l’astreigne à une pratique au cours de laquelle il va se trouver concentrer sur ce qu’il n’a pas choisi lui-même, de savoir quoi pratiquer.
Il ne reste plus qu’à voir, maintenant, sur quoi et comment agir. Après avoir traité dans Drish 125, du sujet de l’énergie qui faisait partie de la liste ci-dessous et sachant que des pratiques seront proposées dans Drish permettant de la gérer, la développer, je reprendrai donc les thèmes qui avaient été énoncés dès les premiers articles sur le sujet du Yoga au quotidien.
Cela permettra d’étudier le type de travail à effectuer en fonction de l’une ou l’autre de ces raisons de pratique :

    
. préparation de la journée
     . entretien articulaire et musculaire
     . gain en souplesse et tonus
     . santé générale ou ciblée
     . renforcements de points faibles
     . pratique mentale, concentration
     . plaisir de faire travailler son corps
     . union corps-esprit et recherche d’être en entier
     . goût pour la discipline, préparation sur le long terme
     . réalisation de postures difficiles ou peu accessibles.

Et puis ?
Tout ceci, bien sûr, sans oublier l’aspect comportemental dont les effets se voient peu et sont, pourtant, sûrement l’essentiel du Yoga en ce qu’il conditionne, éclaire et oriente l’ensemble de cette voie.
Le lecteur habitué à mon style, reconnaîtra là une constante présente aussi bien dans Drish que dans mes stages de Yoga que dans mon livre sur la psychosomatique et la philosophie (
La santé par la bonne humeur) : le choix d’un comportement précis obéissant à des principes élémentaires au choix de chacun, apporte d’énormes bienfaits sur tous les plans, tout en constituant une ascèse porteuse d’une réelle évolution de l’être dans son entier. Bien entendu, il est évident que tous ces aspects seront abordés avec ma précision et rigueur habituelles, la distanciation nécessaire vis-à-vis d’une ˝doxa˝ mollement consensuelle et la remise en question de ce qui se dit et se pense habituellement, ce qui se situe en droite ligne de l’attitude de Pierre Bayle (Cf. Drish 127-128).


Connaître et se connaître
Des faits, des hypothèses, des observations, des explications dans l’esprit du triangle didactique évoqué dans Drish 112-113 de 2011 et en Septembre 2013, sont les ingrédients concrets que vous retrouverez dans cette nouvelle série d’articles en projet pour les prochains mois.
Ce sera l’occasion de pratiquer avec des explications encore plus concrètes et aussi l’occasion de mener de profondes réflexions sur ce que nous sommes : le
˝Connais-toi toi-même˝ socratique ainsi que le ˝Swadhyaya˝ qui est ˝l’étude de soi˝ du Yoga indien, sont à mener sans oublier le corps (voir Lowen cité dans Drish 125 et toute la lignée psychanalytique qui n’a pas ˝oublié˝ le corps).

A très bientôt.

Retour à la page d'accueil