spirale INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -


Drish 53-54 (Août 1999) 12ème année

Pour vous abonner ou commander d'anciens numéros et articles, cliquer ici.

Sommaire du n°53-54 .                                                                                                        Editorial

Editorial...                                                    ... 3 voir ci-contre      -->
Sur vos Agendas...                                 ... 4 cliquer ici
Yoga mental...                                          ...5-6 voir ci-dessous
Humeur d'été...                                       ...7 à 11 voir ci-dessous
Darshana News...                                   ...12 voir ci-dessous
Cerveau médecin...                                ...13 à 28 cliquer ici
De la Gaieté...                                            ...29 à 37  voir ci-dessous
A propos de l'Hébertisme...             ...38 à 42  voir ci-dessous
Dormir au Tibet...                                   ...43 à 47 cliquer ici
Technique : la Montagne...               ...48 à 61  cliquer ici
L'eau, molécule divine...                     ...62 à 68
Il ou elle ?...                                                 ...69-70
Prochains Drish ...                                  ...71 voir les titres parus
Lorsqu'on parle de Yoga, on pense d'abord à la souplesse. Ainsi raisonne le néophyte qui a vaguement entendu parler de ce sujet ou lu quelques articles de vulgarisation. C'est vrai, il y a dans la pratique du Yoga un lien à la souplesse, cependant, le Yoga ne s'arrête pas à cette seule dimension. Sinon, il ne serait pas le Yoga. Je vous propose donc d'étudier cet aspect et de voir en quoi il consiste, avec autant de précision que possible.
Ce souci de précision donne un article un peu long ; le rapport sur la Causerie du Mercredi dont le thème était le Bonheur, s'est avéré, lui aussi, plus long que prévu alors que j'avais seulement le manuscrit en main. Je remets donc au prochain Drish le texte de Caraccioli et "Dormir au Tibet".
Souhaitant vous retrouver prochainement lors des séminaires ou des Causeries, vous êtes bien sûr conviés aux séances en plein air qui nous donneront l'occasion inégalée de travailler en plein air.

A bientôt.
    
@
GillEric Leininger Molinier

Dépôt Légal & ISSN Août 1999. Tirage : 50 ex.
Prochain DRISH : automne 1999. Vos questions, avis et informations dans  : 
www.institutleininger.com
Revue Drish - Darshana chez M. Leininger, 29 Ch de la Nasque, 31770 Colomiers

Sur vos Agendas

Pour toutes les manifestations indiquées, pensez à vous inscrire à l’avance : 05 61 785 685

Jeudi 26 Août, 19h15 : Séance de Yoga en plein air ouverte à tous. R.V. à l'Institut Leininger à 19h00. Apporter un tapis.

Jeudi 16 au Dimanche 19 Septembre : le bord de mer nous accueille pour notre session habituelle de Yoga et de Détente.
Thème : "Yoga mental" (voir plus loin)

Mercredi 13 Octobre, 20h30 : Causerie du Mercredi. Rendez vous à l'Institut Leininger. Ouverte à tous.

Week-end 20-21 Novembre : Séminaire de Yoga ouvert à tous.

Humeur d'été

Le matin, j'allais saluer le torrent et la montagne, les rocailles et le ciel bleu, les arbres et le soleil montant au fond de la vallée ; instants délicieux précédant ceux aussi agréables composant un ensemble nommé "vacances".
Parmi ces instants, il y a ceux consacrés à la lecture. Chaque été, une fois le maillot et le short dans la valise, une question reste à régler : celle du choix de mes lectures, car ce n'est plus un secret pour personne, c'est une habitude, une tradition, voire une manie, j'emporte toujours de quoi occuper mon esprit. Chaque année, au moment des préparatifs estivaux, je me demande quels ouvrages prendre ; vous avez noté le pluriel, il signifie qu'un seul livre ne me suffit pas. Je ne les lis pas tous : sur 10, j'en feuillette 8, en lis un, et en commence un autre. C'est là ma moyenne habituelle.
J'opte pour des auteurs différents et des thèmes différents, ce qui me permet de changer de sujet. Donc, au menu de 99, j'avais de bons ouvrages en apparence sans rapport les uns avec les autres. Ceux que j'ai le plus tenus en main, sont "Comprendre le Yoga" de A. de Sambucy, "L'homme agressif" de Pierre Karli, et... "Introduction à la Psychanalyse" de S. Freud.
Ces ouvrages m'ont tous trois ramené à un thème qui m'est sensible pour des raisons que je ne puis évoquer ici : celui de la violence, sujet que j'avais évoqué lors du Colloque de 1993 (cf DRISH 23).
Alors que la violence est un des éléments du fondement humain, selon le père de la Psychanalyse, dans "l'homme agressif", l'auteur nous amène à reconsidérer nos comportements à la lumière des connaissances actuelles sur le Système Nerveux, ce qui déplace la question dans le domaine organique et non plus psychique. Quant à de Sambucy, sans parler de violence, il met en garde contre le "mauvais yoga", celui qui est contraire "à l'intelligence et à l'orthopédie la plus évidente".
Et au-delà de ces lectures, sans engagement ni désir particulier, simplement comme un spectateur passif, d'autant qu'il se trouvait en congé, je me suis mis à laisser dériver ma pensée et à lui accorder le droit de vagabonder vers toutes les associations qu'elle décidait d'établir.
Celles-ci m'amenèrent spontanément des questions auxquelles je ne cherchai pas immédiatement des réponses. En voici quelques unes.
Un écrit sur l'agressivité justifie-t-il d'électrifier des rats ou de mettre des souris en présence de rats muricides ? Le simple fonctionnement organique suffit-il à expliquer, à accepter la violence ? Un "mauvais Yoga" proposé par un enseignant à qui il n'a jamais été dit qu'il devait repenser l'enseignement qu'il recevait et qui ne s'est jamais posé la question de savoir s'il pouvait/devait le faire, ce "mauvais Yoga" est-il une forme de violence ? Et l'abus de biens de la part d'une association reconnue d'utilité publique ? Et le poulet à la dioxine ? Et les conditions d'élevage en batterie qui donnent des volailles en 2 semaines de moins que si elles sont élevées "naturellement" ? Et la répartition des richesses mondiales entre les mains de quelques seuls privilégiés ? Et les milliards brassés pour le transfert d'un footballeur vers une autre équipe ? Et le fait que le "Remember" d'Oradour s/Glane ait été oublié ? Et les 350 différents produits toxiques que l'on retrouve dans le lait maternel ? Et le bruit auquel nous devenons peu à peu insensibles et qui change les rapports humains ? Et le risque de surdité qui menace, lié à cette cause ? Et le stress dans les entreprises engendré par la pression du personnel dirigeant ? Et les médias qui banalisent la violence ? Et l'utilisation de produits dopants, dans le milieu sportif comme dans l'entreprise ? Et les causes de mécontentement des agriculteurs ? Et la pollution de la planète, de l'eau, de l'air, du sol, de la vie ? Et le nucléaire ? Et les manipulations génétiques ? Et le nucléaire ? Et les armes dont on se soucie de la date de péremption ? Et le chômage ? Et le non-respect de la dignité humaine ?
Le lecteur connaît déja toutes ces formes de violence, et depuis longtemps. Il ne découvre donc rien. Mon intention, c'est vrai, n'est pas d'annoncer de nouvelles formes de violence, ni de continuer sur la lancée de l'éditorial de la dernière "lettre de l'institut", ni d'amener le lecteur à ne voir là que de la violence, car les exemples ci-dessus sont tous ponctués d'une interrogation.
En fait, je n'ai aucune réponse à apporter, même la plus modeste, sinon celle consistant à veiller, à travailler encore et encore au perfectionnement de soi, et aussi à encourager le lecteur à aller, lui aussi, saluer le torrent et la montagne, les rocailles et le ciel bleu, les arbres et le soleil montant... et peut-être à méditer cette pensée de Montaigne reprise par P. Karli : "Il y a peu d'idées pour lesquelles je me ferai tuer. Il n'y en a pas pour lesquelles je tuerai".

                                                                      
ge.leininger, 0899

Darshana News

Séminaire en bord de mer
Organisation générale : Séances quotidiennes de pratique et de théorie portant sur le Yoga Mental et permettant sa compréhension ainsi qu'une disposition adéquate.
Soir : Pratique originale ou animation.
Un Mémorandum d'une douzaine de pages vous sera remis.

Causerie du Mercredi
Prochaine causerie : Mercredi 13 Octobre, 20h30, Institut Leininger, 29, chemin de la Nasque … Colomiers.
90 minutes d'échanges à bâtons rompus, "assis à l'indienne".
Après une courte introduction du sujet, le débat restera ouvert. Une tenue souple permettra de rester assis à même le sol. Entrée libre.

Les Stages
… permettent d'approfondir, de perfectionner la pratique et la connaissance du Yoga. Ils sont conçus pour recevoir les pratiquants de tous niveaux.
Parlez-en autour de vous.


Cerveau médecin
Pour découvrir cet article, contactez-nous afn de savoir s'il est disponible par abonnement : cliquer ici.
...                                ...13 à 28
De la Gaieté
Il s'agit d'un magnifique texte du XVIIIème siècle, dont vous trouverez des extraits dans mon livre "La santé par la bonne humeur", publié aux éditions Dervy, pour la France et De Vecchi pour l'Europe. et qui a obtenu le Prix de l'Académie du Languedoc.

A propos de l'Hébertisme
Je vous propose aujourd'hui de partir à la rencontre de l'hébertisme dont nous avons déjà parlé dans la revue (DRISH n°10) et plus précisément de son fondateur : Georges Hébert né en 1875, mort en 1957. Il existait, il y a une vingtaine d'années, un Centre Hébertiste, dans la région bordelaise. Ce centre existe peut-être encore. Si je connais très peu ce système, son approche m'a convaincu de son aspect complet.
Georges Hébert était officier de marine, il passa 10 ans sur les mers et les océans. Au cours de ses voyages, il observa les indigènes et aussi ses propres hommes d'équipage. Ses conclusions sur l'activité des indigènes mit en rapport la souplesse, l'aisance, l'habileté et la grâce avec le mode de vie.
Il étudia les systèmes gymniques et rédigea un rapport sur l'activité physique. Après quoi, il fut chargé d'enseignement. L'activité physique de l'homme et de la femme devait, selon lui, compter les 10 points suivants : marche, course, quadrupédie, grimper, équilibre, saut, porter, lancer, lutte, natation.
Les exercices devaient se faire en plein air, le plus nu possible et sur terrain accidenté. Le rapport à la nature est fondamental pour "l'animal homme primitif" (notez que nous ne devons pas oublier le fondement animal de l'humain. Ce n'est qu'à cette condition que nous pourrons l'utiliser et le dépasser).
Au niveau de son contenu, la leçon d'hébertisme nommée "méthode naturelle", comptait les 8 types d'exercices suivants :
1/ Marche, en flexion, extension, sur la pointe des pieds, les talons,
2/ Grimper et se suspendre, se déplacer en suspension. La quadrupédie et les exercices d'équilibre se classent dans ces pratiques.
3/ Sauter sur place, en hauteur, en longueur, à pieds joints, sauts de rivière, de barrière, saute-mouton, etc.
4/ Lever & porter des poids, des objets, charger un sac, soulever, charger et transporter un partenaire, etc...
5/ Courir à toutes allures, à reculons, avec et sans obstacles, en changeant d'allure, etc...
6/ Lancer une balle, un ballon, un objet, de plus ou moins loin, sur une cible ou un but. Le jonglage fait partie de ces pratiques.
7/ Attaque et défense, résistance, lutte, tir à la corde, etc...
8/ Nager rapidement ou longuement, de diverses façons, sur ou sous l'eau, plonger, faire du sauvetage, etc...
Cette pratique complète permet de développer souplesse, adresse, résistance, force, réflexes. Cependant, elle apporte moins d'effet correctif et d'épanouissement musculaire. Sur un plan purement physique, le Yoga semble moins efficace.
Merveilleux complément de la culture physique, cette méthode a plu aux médecins qui ont été emballés par l'action d'Hébert. "Etre fort pour être utile" était la maxime de cet homme dont le style se suffisait à lui-même puisque répondant à toutes les fonctions physiologiques vitales de l'humain. Ayant remis en cause la gymnastique de l'époque, il dirigea le collège des athlètes de Reims.
Son travail représentait une synthèse des principes philosophiques, thérapeutiques et d'exercices physiques, et portait sur une culture de la santé par l'adaptation au milieu, l'alimentation, la culture physique et morale.
En 1953, il se retrouva paralysé ; il réapprit à marcher, parler, écrire.
Pour Georges Hébert, la santé était un des 3 piliers de la vie qui sont santé, force et beauté, cette dernière se définissant comme "l'épanouissement complet de l'être tout entier". "La santé, disait-il, c'est le bon fonctionnement de tous les organes internes : coeur, poumons, estomac, foie, intestins..., sans troubles, sans malaises d'aucune sorte ; c'est l'esprit libre, le besoin d'action musculaire ; c'est en deux mots l'équilibre parfait du corps, la joie de vivre". 
Il est toujours agréable et rassurant de voir des gens associer le joie de vivre à la santé.
Nous pourrions considérer la vie civilisée comme un obstacle au développement physique intégral pour lequel "L'être humain est avant tout une créature d'air, de lumière et de mouvement", ce dont nous prive notre monde moderne.
Si cette pratique très "mouvementée" semble être loin du Yoga, nous pouvons retirer de l'hébertisme, le principe qu'il est fondamental de développer le corps et d'exploiter ses ressources. Enfin, les idées d'Hébert sont un encouragement à continuer à pratiquer en pleine nature aussi souvent que nous le pourrons.


L'eau, molécule divine

Ce très long article a couvert les revues 46 à 60.
Retrouvez tous nos articles en cliquant ici.

Il ou elle ?...
  

Ce texte est une réflexion personnelle sur un aspect de la mythologie liée au "Grand Yogi", "Mahayogin".
Pour vous abonner, cliquer ici.

Prochains Drish
 
(sortie prévue à l'automne)

"Propos sur le mental" : Que signifie "maîtriser le mental" ? Peut-on y parvenir et est-ce souhaitable ? Y a-t-il des contre-indications à la pratique de l'image mentale ? Quels rapports entre la Connaissance, le Savoir, l'Ignorance ? Nous terminerons avec un texte de Lanza del Vasto sur l'attitude dans la vie.

"La Relaxation" : Que se passe-t-il lorsqu'on se relaxe et sur quels plans ?

"L'eau, molécule divine" : Les légendes les plus cruelles courent sur des créatures vivant dans les profondeurs lacustres et océanes. Nessie est la plus connue et... la plus sympathique.

N.B. : J'ai évoqué plusieurs fois et dit quelques mots sur "La fin des dinosaures", en cours de rédaction. Il avance tout doucement.
J'ai rarement connu de texte aussi difficile à rédiger …
A bientôt.
.
lmge     

Détail des rencontres
Informations par téléphone au 05 61 785 685.

 Retour à la page d'accueil