spirale INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

 

Revue de Yoga Drish 129 parue en Septembre 2014

Pour vous abonner ou commander d'anciens articles et numéros de la revue, cliquer ici.

"Drish" Revue YOGA      27e année 129

 

Rocking Janie

Un regard sur l'apport réciproque Orient-Occident … une ouverture sur le monde

Revue Drish créée k éditée depuis 1988 par GillEric Leininger-Molinier et  DARSHANA Yoga Traditionnel - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A. Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté  27ème année  ISSN 0768-5661    

Pour vous abonner cliquer ici

Sommaire du n°129

Editorial …                                       voir ci-dessous
A méditer …                                     cliquer ici
Yoga, prâna et sport …                        voir ci-dessous
Méditation pratique (suite et fin) …      voir ci-dessous
Fiche technique : ˝le rocking˝           cliquer ici
Yoga et … bonté ?! …                            cliquer ici
Nos rendez-vous …                            cliquer ici

Dépôt Légal & ISSN 3ème trim. 2014. Tirage : 90 ex. Prochain Drish : Automne 2014. Adhésion 2014 : 30

Retrouvez les informations, les séminaires, les écrits et la rubrique Questions-Réponses sur www.institutleininger.com

"Ce que nous savons vraiment, savoir que nous le savons. Ce que nous ne savons pas, savoir que nous ne le savons pas. Là est le savoir même"            Confucius

 

Editorial du n°129

Entre la détente du diaphragme largement évoquée et pratiquée lors des stages d’été, le numéro ˝Spécial énergie˝ paru en Décembre dernier, les diverses allusions faites dans les derniers numéros de Drish, il apparaît clairement que la question de l’énergie est au cœur de l’existence humaine et de la pratique du Yoga qui permet, en principe, de l’accumuler et aussi de la préserver.
Poursuivons sur cette lancée et voyons ensemble combien ce sujet intéresse aussi notre monde moderne fait de performances et aussi comme il peut nous être utile sur une voie d’élévation à laquelle la bonté, la gentillesse, ne sont pas étrangères.
Très bonne lecture.

A très bientôt.

@GillEric Leininger Molinier

Yoga, prâna et sport

Avez-vous profité de l’été pour ˝prendre l’air˝ ? C’est ce que je vous souhaite, tant au plan propre qu’au plan figuré, de manière à vous permettre de bien respirer comme de vous changer les idées en vous plaçant dans un contexte autre que celui habituel et quotidien.
Dans l’article paru sous ce titre ˝Prendre l’air˝ (Drish 127-128) qui présentait une technique élémentaire à effectuer en toute simplicité et efficacité, je terminais mon propos en annonçant que nous reviendrions sur l’usage que font les sportifs de haut niveau, de cette idée de capter plus de prâna et d’user régulièrement d’une technologie spéciale pour utiliser ce processus naturel et profiter d’un maximum d’énergie.

Le souci des sportifs ?
De mémoire de yogis, on n’a jamais parlé de prâna dans le sport. Il suffit de voir comment est considéré un sportif : des formules physiques et mathématiques sont établies quant à la performance musculaire associée à la quantité d’oxygène prise à chaque inspiration ; la position du sportif fait l’objet dans certains cas (ski de vitesse, cyclisme, natation …) d’une étude poussée impliquant le Cx (˝coefficient de traînée˝ tenant compte de la pénétration dans l’élément dans lequel il doit évoluer et estimation des pressions s’opposant à son avancée), la vitesse, le poids, la résistance sur la surface d’appui, la forme et taille de l’objet en déplacement (… donc du sportif !), résistance du milieu, etc.
Mais le prâna … Alors là …

L'article se poursuit sur plusieurs pages. Pour voir les conditions d'abonnnement, cliquer ici.

Méditation pratique (suite et fin)

Nous arrivons au terme de la description de la méditation du Swami de Chidambaram. Lors des précédents numéros, nous avons pu envisager chaque étape, la décrire, et en même temps, comprendre le sens profond de chacune d’elle. En effet, la méditation, comme j’ai pu l’écrire par ailleurs (Cf ˝Méditer : fuir ou construire ?˝, Drish n°124), n’est pas seulement une relaxation en position assise ni une concentration simple sur le souffle, bien que ce soient là deux étapes préliminaires importantes. Elle nécessite d’une part, une très bonne stabilité physique, une très bonne énergie, et enfin, un excellent contrôle mental, d’autant que cette pratique spécifique propre au Yoga et aussi à d’autres voies spirituelles, s’inscrit dans la durée … Ce sera un des thèmes majeurs de Collbato 2015.

Sérieux et intensité
Lorsque ces conditions sont établies et maintenues, commence alors la méditation proprement dite. Les étapes précédentes décrites dans les derniers Drish, constituent une excellente préparation à cette dernière étape particulièrement chargée émotionnellement si on la vit avec le sérieux et l’intensité nécessaires.
Il y a déjà eu, souvenons-nous, cette énorme prise de conscience de ce que chacun de nous est, pour l’instant, le chaînon final de la Vie apparue sur terre il y a plusieurs milliards d’années. Nous avons senti qu’entre une fleur visualisée et nous-mêmes, il n’y a pas de différence : autant elle que nous, sommes l’expression de la Vie, avec ses besoins fondamentaux et son élan vital de se réaliser. Puis nous avons remercié le corps pour les fonctions qu’il accomplit tout en retenant la respiration, exercice simple de prânâyâma. Lorsque la dernière suspension du souffle est achevée (il y en a trois en tout), nous laissons la respiration revenir à sa cadence et sa profondeur naturelles.
Nous voilà, donc, à présent, revenus dans ce corps, assis en position stable, avec une respiration régulière et un mental parfaitement concentré sans aucune crispation.
Poursuivons …
L’étape qui va suivre nécessite une grande force sur les plans indiqués plus haut : physique, énergétique, mentale, tout simplement car l’évocation d’émotions très puissantes ...

Retrouvez l'article qui continue avec de nombreuses précisions techniques très concrètes, en vous abonnant. Cliquer ici.

"Mieux vaut pour chacun sa propre loi d’action, même imparfaite, que la loi d’autrui, même bien appliquée. On n’encourt pas de faute quand on agit selon sa propre nature"
                                                    Bhagavad Gîtâ III, 35 et XVIII, 47


Pour vous abonner : cliquer ici

 

 Retour à la page d'accueil