INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

                  
     Yoga, énergie et Occident
    
                     

Voir aussi :
       - Energie ou énergies ?     - Le Yoga est-il un sport ?            - Yoga, énergies, humeurs et souffles                    - Yoga, ascèse et énergie  

     ... 

L'Occident considère l'énergie dans ses diverses manifestations. Ainsi, au plan métabolique, il considère les apports en protéines, glucides, lipides qui sont à la fois, des constructeurs et des éléments énergétiques. Mais l’apport en calorie ne fait pas tout. En effet, il semble que le manque de nourriture lors de la saison froide, permette aux animaux vivant en pays très froid, de survivre, du fait qu’ils dépensent peu d’énergie pour la digestion, ce qui contribue à la conservation d'énergie …
Donc, ramener la question de l’énergie au seul apport d’éléments matériels serait une erreur.
La science de l'effort prend en considération l'énergie de l’ATP ou adénosine triphosphate, directement liée à l'effort musculaire dans ce que l’on appelle le Cycle de Krebs qui permet la compréhension du phénomène complexe qu’est l’explosion musculaire lors de l’effort (Cf. session de Décembre 2013 : Corps et spiritualité).
80 ans après les toutes premières observations sur ces cellules-moteurs, Krebs mit au point en 1937 sa découverte du Cycle d’acide citrique (Cycle de Krebs). Le nom de Krebs est aussi associé aux découvertes sur la mitochondrie qui transforme la nourriture reçue, en énergie utilisable par la cellule.
Tout se complique lorsqu’on voit que l’énergie calorifique est liée à ce cycle : lors de l’activité physique, l'énergie musculaire se change pour 80 % en énergie calorifique et pour 20 % seulement en énergie mécanique. Tout ça pour ça ! … pourrait-on se dire.

Tonus, dynamisme …
Les manifestations électriques, qui sont une forme d'énergie, informent la médecine des diverses activités de l'organisme et de sa santé en fonction des courbes enregistrées : électrocardiogramme, électroencéphalogramme, électromyogramme sont autant de signes des diverses activités électriques du corps.
L'énergie est aussi ce qui se traduit par le tonus et le dynamisme : ce sont là deux composantes de notre nature, tant sur le plan musculaire que sur le plan psychique constituant de véritables indicateurs de ce qu'est notre nature, de ce que nous en faisons et de l’état de santé.
L'énergie est également liée au bon fonctionnement des organes et aussi des grandes fonctions. Ainsi, l'énergie que l'on peut développer dans une activité physique, dépend non seulement des organes et des muscles en action, mais est également dépendante directement des conditions d'apports en oxygène et en nourriture vers les parties actives. Sans parler de l’énergie de … la motivation.

Des décharges d’énergie
Nous devons tenir compte, également, du système hormonal qui régule les grandes fonctions en apportant des éléments chimiques sur des récepteurs précis, dans le but d'optimiser les fonctions en question. L'exemple le plus évident, est la décharge de l'hormone adrénaline produite par les surrénales : elle va produire un supplément d'énergie dans des situations où l'on va avoir besoin d'un engagement physique particulièrement important, bref et immédiat.
Bien que les sciences occidentales soient particulièrement avancées dans la compréhension des phénomènes naturels, bien qu'elles se soient investies largement dans la recherche pour la compréhension des phénomènes liés à la vie, elles s'arrêtent au descriptif, sans pouvoir aller plus loin ni pouvoir remonter jusqu'à l'origine première, celle de laquelle toutes les formes d'énergie dépendent et découlent.
L'Occident connaît un inconvénient qui est aussi un avantage certain : la spécialisation des sciences permet une compréhension de plus en plus poussée, une description de plus en plus approfondie des manifestations de la vie, avec l'inconvénient d'effectuer une étude parcellaire ne permettant plus la vision globale de l'être, laquelle est pourtant la seule façon de le traiter convenablement lorsque la santé vient à défaillir. Ainsi, certains vieux ouvrages de biologie, tentaient d’expliquer l'énergie (Cours de biologie animale, Marcel Abeloos, faculté des sciences, Poitiers) par la mesure de la dépense énergétique, du volume d'oxygène consommé durant un temps et de la capacité de l'organisme à produire sa propre chaleur, dans son métabolisme actif. Cela permettait une bonne compréhension des phénomènes de vie, sans toutefois apporter une explication satisfaisante à ce que peut être l'énergie de vie. Le mystère de l’énergie reste entier.

Au XVIIIème siècle, Mesmer concluait que tout être vivant est chargé d’énergie magnétique et qu’on pouvait soigner avec les mains. Il avait au préalable, soigné des malades avec des fers aimantés. Sa pratique eut tant de succès qu’il dut inventer une sorte de baquets d’environ 50 cm de hauteur, rempli d’eau et de bouteilles magnétisées, de verre pilé, de limaille, permettant de soigner 30 personnes à la fois. Des tiges de fer sortaient de ces baquets, que les patients plaçaient à l’endroit de leur souffrance.


Le magnétisme
Nous avons tous du magnétisme : on peut s’en rendre compte en prenant la posture ci-contre : après quelques instants, décoller les mains de quelques millimètres, attendre, puis les séparer un peu plus, etc. Observer et sentir ce qui se passe dans cet espace entre les deux mains.

Des chercheurs comme Whilelm Reich et son disciple Alexander Lowen (1910-2008), auteur de La Bioénergie et de La dépression nerveuse et le corps) qui travaillèrent ensemble sur
les principes énergétiques et l'analyse caractérielle. Alors qu’on lui demandait en 2004, ce qui avait donné le plus de sens à sa vie, Lowen aurait répondu : ‘… éprouver le plaisir et la vitalité du corps ! …’ : ceci s’explique par le fait que lorsque notre énergie vitale, la libido, circule librement dans le corps, cela génère une sensation de bien-être général.
Lowen a pratiqué le Yoga et cherche à
réduire les tensions par une action directe sur les muscles et les tendons afin de libérer les émotions et les énergies bloquées. C’est encore Lowen qui, à propos de la question : ‘Qui suis-je ? …’, répondait : ‘… Utiliser une façade ou adopter un rôle comme moyen de parvenir à l'identité dénote une scission entre le moi et le corps …’. Et cela demande beaucoup d’énergie. Pour Reich et Lowen, l’énergie est indissociable du corps et de l’esprit, donc, toute thérapie devrait passer par un travail à la fois psychique et corporel.

Et la 'psy', dans tout ça ?
Il est évident que l'énergie et les nombreuses questions qu'elle pose, n'ont pas laissé le monde de la psychologie au tant ancienne que moderne, insensible. Reich dont je viens de parler, fut un disciple de Freud. Les premiers travaux à la fin du XIXème siècle se sont appuyés sur une approche purement scientifique. D'où le rapport à la psychophysique (étude du lien entre la perception et les stimuli extérieurs). Le système nerveux était considéré comme un réservoir d'énergie qui se remplissait selon les excitations, les émotions, les besoins et se vidait en fonction d’actions motrices, émotionnelles et autres. D’où l’appellation de 'névrose, trouble psychique situé, à l'origine, au niveau des nerfs.

Reprenant les mêmes voies, Freud prit une autre piste et établit son premier schéma dit de la 'première topique', décrivant l'importance de l'Inconscient. A été conservé par les divers chercheurs, l'idée d'une régulation allant dans le sens de l'équilibre passant par une tendance à une limitation des tensions psychiques ainsi que la considération d’aspects mécaniques et énergétiques. En 1920, Freud ajouta à son système revu et modifié, les notions de pulsion de vie et de pulsion de mort toujours à l'action, aussi bien au niveau individuel qu'à celui collectif.

De grands courants
Il est remarquable à quel point les grands noms de la psychanalyse, dans cette même période de déploiement de connaissances à partir des découvertes de l’énergie du psychisme humain autour de 1900, ont décrit la structure et le fonctionnement psychique de façon différente. C'est dire la part inconsciente de nous-mêmes, qui reste encore pleine d'incompréhension et à laquelle les yogis indiens ont aussi laissé une place importante.
L'avantage de l’impossibilité d’un accord total, réside dans ce que les divers courants existants, permettent à chacun, une approche complète de ce que peut être l'énorme fonctionnement de notre psyché, à partir des divergences de points de vue. On doit distinguer énergie psychique et force psychique, la première étant potentielle.
Il est vrai enfin que, les pulsions gouvernées par nos sens physiologiques profonds, l'hypothalamus par exemple, sont aussi de grands pourvoyeurs d'énergie vitale, puisqu'ils ont pour visée, la conservation de l'espèce …
On le voit, le travail corps-mental est plus complexe qu’on ne le pense habituellement. 

Retour à la page d'accueil