INSTITUT LEININGER    
Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté (KRIYA)

      ... pour votre mieux-être
Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

                                 
     Les effets du Yoga au plan mental

                             

Même si la pratique du Yoga ne se limite pas seulement à effectuer une série de mouvements ou d’exercices respiratoires ou mentaux, de nombreux bénéfices ont été dénombrés, et cela de façon plus nette lorsqu’elle est faite avec régularité et assiduité.Le bien-être dû en grande partie à ...

Voir aussi :
     -
Mon livre "La santé par la bonne humeur"
                    - Effets sur Corps-esprit                              - Effets inattendus
     -

... la détente nerveuse et l'action anti-stress associé à la relaxation, la décontraction des muscles, au relachement de tout l’être, est un des premiers effets connus lors des premières séances.
Cet état est très lié au respect des rythmes profonds de notre être, celui-là même qui nous permet, justement, au moins le temps d’une séance de Yoga, de retrouver un rythme plus humain et de quitter ne serait-ce qu’un moment, tout ce qui génère en continu, l’agitation physique liée à celle de ce monde, le manque d'attention qui en découle et la dispersion mentale qui en est une conséquence et qui génère, à son tour, de nombreux effets peu enviables.

 

ardhabaddhapadma ...

Selon une recherche publiée par le magazine américain Science, portant sur un échantillon de 2.250 personnes, il semble que le manque d'attention, le fait d’être distrait et l’éparpillement mental qui en est une composante,  rende triste.
C’est une réalité : de façon systématique et quotidienne, on peut se rendre compte que l’activité mentale ne connaît pas de cesse. Selon le psychologue M Killingsworth, elle est stimulée par une quantité de choses non présentes qui sont pourtant là dans notre champ de pensée alors qu’elles n’y sont, en cet instant précis, d’aucune utilité.
Il apparaît d’après cette étude que près de la moitié du temps est occupée par une distraction mentale, ce qui signifie que près de la moitié de notre vie, nous ne sommes pas pleinement conscients de ce que nous faisons : nous sommes ailleurs, même lorsque nous sommes pourtant occupés à faire quelque chose de précis.
Penser à autre chose n’est pas un problème en soi, en dehors des désagréments qui peuvent en découler : en effet, selon les résultats de cette étude, la principale conséquence de la distraction est son impact sur le moral car selon cette étude :
"... la capacité à penser à ce qui ne se passe pas est une performance cognitive qui a un coût émotionnel ..."

C’est la conclusion à laquelle arrivent les psychologues M. Killingsworth et D. Gilbert de l’Université de Harvard (le terme "vagabond" est parfois remplacé par "distrait", selon les traductions) :
       "… un esprit humain est un esprit vagabond, et un esprit vagabond est un esprit malheureux."

Retour à la page d'accueil