INSTITUT LEININGER     
   Centre de Recherche Indépendant de Yoga Adapté (KRIYA)
    
Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.
                   
   Pour votre bien-être
Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

                       
     Yoga et qualité de vie

                                    

La notion de qualité de vie est très en vogue et aussi, absolument nécessaire.
La pratique du Yoga régulière permet-elle d'agir sur cette qualité de vie ?
La complète-t-elle ? ...

Voir aussi :
       - Vos témoignages                                  - Qui suis-je ?                            - Priorité à une bonne respiration, ample, profonde, lente, correcte                         - Effets généraux
       - La Conscience du Souffle                     - La Tradition du souffle            Libérer le diaphragme                      - "La santé par la bonne humeur"                     - Stages prochains

       - Effets psychosomatiques                     - Effets au plan mental
              - Effets inattendus
      ...


Dans le cadre de ce thème, on m'a soumis ce questionnaire il y a quelques temps : le voici accompagné des réponses que j'ai faites.

Quelle est votre ancienneté dans la pratique ?
J’ai commencé à pratiquer le Yoga chinois en 1974, le Yoga indien en 1975, à l’enseigner en 1976 de manière épisodique, puis régulière à partir de 1977.
En Janvier 1979 j’ai opté pour le statut professionnel.
NB : il me serait possible de vous en dire un peu plus sur les étapes suivantes, mais je ne veux pas surcharger ce questionnaire et vous en dirai davantage si vous le désirez.

Que représente pour vous la Qualité de vie ?
Ce concept très utilisé et ‘à la mode’ mérite qu’on s’attarde un instant sur la composante ‘vie’ : je considère la vie comme un épisode sur cette terre ayant pour finalité l’évolution de chacun et le service d’autrui.
Elle est composée de divers éléments en lien avec l’être humain dans son intégralité : physique, mental, émotionnel, psychique, spirituel …
A partir de ce point de vue, il me devient plus facile de définir la Qualité de vie et de dire ce qu’elle représente pour moi : elle est une des conditions du bonheur que chaque être recherche plus ou moins consciemment, mas elle ne dépend pas seulement des conditions extérieures comme le laisserait entendre le concept moderne tel que décrit par certaines données économiques qui définissent le ‘moral des ménages’ en fonction de la consommation.
La Qualité de vie se rapprocherait beaucoup de la définition de la santé que j’ai donnée dans mon livre, à savoir un état d’harmonie avec ce que nous sommes, ce qu’est notre existence, ce qui nous entoure et ce qui nous arrive. Un peu comme disait Camus lorsqu’il posait que le bonheur pourrait bien être le simple accord entre un être et l’existence qu’il mène

Pensez-vous que la pratique du Yoga ait une influence sur la Qualité de vie ?
Je crois que chacun a en lui la représentation pas toujours consciente de ce qu’est la qualité de vie et il la recherche en des voies aussi nombreuses que ce qui peut composer une existence humaine. Ceci pour dire que venir au Yoga dans le courant de sa propre vie, signifie à mes yeux que quelque chose nous dit que là est une voie d’accès à cette qualité de vie. Cette voix (avec x) à peine audible mais puissante nous met vraiment sur le chemin d’un bon choix, ce qui veut dire que, en effet, la pratique du Yoga agit énormément sur la qualité de vie. C’est indéniable, mais à une condition : de ne pas attendre que la qualité de vie vienne d’elle-même et/ou de l’extérieur.
Cependant il me semble important d’intégrer toutes les composantes du Yoga afin de ne pas tomber dans le piège de penser que par cette pratique nous sommes, comme par magie, à l’abri de tout. Par contre le Yoga permet de bien gérer efficacement et sereinement beaucoup de choses.

Si oui de quelle manière et dans quel domaine ?
Yoga veut dire union : chaque composante du pratiquant est touchée par cette discipline :
. physique : au niveau musculaire, articulaire, nerveux, et aussi fonctionnel : respiration, sommeil, digestion, circulation, tonus, statique du corps … et sûrement organique par une optimisation des fonctions permettant ainsi une moindre fatigue des organes (cœur, poumons …)
. mental, qui du fait de la discipline, se met à obéir (plus ou moins facilement) à des principes de vie choisis en accord avec le fond de soi. J’utilise le mot mental au sens de Manas, c'est-à-dire ce lieu de rassemblement de toutes les sensations et de décision pas toujours soumises à la conscience mais à des automatismes dont il faut se libérer ; différemment, la dimension psychique se définit en fonction des données occidentales reconnues depuis l’invention des diverses forme de psychanalyse ou de psychologie des profondeurs. Elle est très proche et même en étroite relation avec le vécu, l’éducation, mais aussi toute la partie inconsciente de nous-mêmes. Le mental est régulièrement dirigé par la psyché
. psychique : la ‘prise de conscience’ devient permanente avec le temps, la patience, l’entraînement, la persévérance -dont les textes disent qu’elle est une condition essentielle- et permet de mieux connaître ou sentir certaines composantes inconscientes en puissance de se révéler ou de s’exprimer. Leur contrôle en découle et se fait avec plus de facilité
. psychosomatique : l’être étant un, la relation se fait dans les deux sens corps-psyché : toute modification dans le sens de choix de valeurs essentielles, du refus de ‘agir comme le commun des mortels, se traduit au niveau corporel de même qu’une attitude physique et la pratique de la discipline amènent de nombreux effets au plan psychique et mental
. émotionnel : le Yoga permet sûrement de beaucoup mieux gérer ses émotions mais ne doit surtout pas être utilisé pour les tuer ni les inhiber puisque dans le mot émotion il y a l’idée de moteur. Le Yoga permet de les gérer plus aisément et même de les utiliser, et aussi d’en créer de fortes et belles permettant d’embellir l’existence et lui redonner de l’élan, comme nous le faisons au cours des séances de méditation
. spirituel : baignant dans l’esprit de tolérance propre à la pensée indienne, le Yoga ne remet pas en cause les convictions religieuses ou spirituelles, contrairement à ce que craignent les religieux angoissés par le risque de ‘perdre’ des ‘brebis égarées’ … Au contraire, le Yoga permet de mieux asseoir ces mêmes convictions, de les renforcer, et même de les choisir en toute connaissance de cause en faisant en sorte qu’elles passent du domaine de l’idéal à la réalisation concrète en ce monde tout en éliminant ce qui n’a pas de sens ou qui va à l’encontre de l’autonomie de l’être et de son libre choix. C’est le ‘Realize’ de Shivananda. C’est aussi l’idée de Vivekananda selon laquelle s’il est bon de naître dans une religion, il est très mauvais d’y mourir : la spiritualité guide toute une vie, la religion peut la faire naître,mais elle l’étouffe si elle reste contraignante au fur et à mesure de l’évolution de l’être
. comportemental : la recherche de la mise en actes des hautes valeurs proposées par le Yoga (si on ne s’arrête pas à l’aspect physique) et le contrôle de soi apporté par cette ascèse amènent de nombreux changements au plan personnel dans l’attitude au quotidien, au point même que c’en est contagieux : le contrôle du corps et du mental, la bienveillance, etc. sont des choses qui se remarquent, semble-t-il et peuvent surprendre les interlocuteurs
. relationnel : le point précédent amène de profonds changements dans la relation aux autres qui devient plus claire, plus sereine, plus juste et sans faux semblants.

                                                                                                                                           Gill-Eric Leininger Molinier

Retour à la page d'accueil