INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

                                  
     André Van Lysebeth
                                

Voir aussi :
       - L'esprit de l'école de Yoga                                             - Faire du Yoga ou ETRE en Yoga ?             - Vos témoignages
       - Contenu de la formation de professeurs de Yoga           - Formation YOGA : le contenu
                  - Le responsable technique et pédagogique
       - Qui suis-je ?                - De quelques rencontres    
       ....

Le temps passant, il devenait inévitable qu'un jour, j'en vienne à vous parler de lui. André Van Lysebeth a été et reste toujours, une référence dans le monde du Yoga, que ce soit en Europe, au Canada, au Proche-Orient où il a animé des sessions, ou encore en Inde où il a séjourné de nombreuses fois.
Ma rencontre avec ce personnage dont je ne mesurais pas encore l'envergure lorsqu'on m'en a parlé la première fois, s'est faite "par hasard", comme on dit communément.
En ce temps-là, enseignant le Yoga à Colomiers depuis plus d'un an, ayant en charge régulièrement le cours du Mercredi soir (quelques lectrices de DRISH s'en souviennent encore), on me conseilla de suivre une formation, et de m'adresser à la FFEPGV, traduisez Fédération Française d'Education Physique et de Gymnastique Volontaire, à laquelle le groupe de yoga columérin était affilié.
J'allais donc voir Ginette, qui se dévouait corps et âme bénévolement en tant que secrétaire du Comité Départemental (CODEP) de la FFEPGV, et lui, demandais de m'inscrire à un stage de Yoga pour me former. Elle me dit alors que cela n'était pas prévu : je lui expliquai que je tombai des nues puisque c'est bien à elle qu'on m'avait envoyé. Elle en référa au Comité Régional de la même fédération, et me voici inscrit à une session d'une semaine, au CREPS de Toulouse, pour la période de Pâques 1978.

Surprise, surprise!
Nous nous retrouvâmes deux enseignants de Yoga de Colomiers, à participer à ce stage, Monique S. et moi-même. Et quelle ne fut pas notre surprise lorsque  nous abordâmes les séances de pratique : cela ressemblait bien à ce que l'animateur des séances habituelles faisait et à ce que nous avions imité, mais là, nous étions bien dans des exercices de "gym", et bien que la GV soit une pratique de qualité, cela ne correspondait pas à la formation de Yoga que nous venions chercher tous les deux.
Nous en parlâmes à nos collègues stagiaires ... puis aux animateurs du stage ... qui en référèrent au Comité Départemental ... qui s'adressa au Comité Régional ... qui délégua son représentant qui vint au CREPS nous rencontrer. Non, nous n'étions pas dans un cycle de formation pour professeurs de Yoga. Non, nous ne sortirions pas de là avec un diplôme d'enseignant de Yoga. Le choix restait de partir ou de poursuivre.
Compte tenu de l'approche pédagogique et de la bonne dynamique de groupe existante, Monique S. et moi-même décidâmes d'aller jusqu'au bout et de nous présenter à l'examen final, alors que nous venions de découvrir ce monde tout nouveau pour nous et que les autres participants avaient à leur avantage, des années de pratique de la GV et même quelquefois une expérience dans son animation.

Après l'échéance
Ce fut après mon Bac et mon CAP d'employé de banque (oui, vous avez bien lu!) mon premier diplôme en techniques corporelles.
Mais je n'étais pas au bout de mes surprises : en effet, je sus quelques jours plus tard par les responsables du groupe de Yoga de Colomiers qui m'avaient envoyé à cette formation, que, selon ce que la presse avait annoncé, j'avais été le major de ma promo ... De plus, on me proposa de me présenter dès l'année suivante à la formation d'Instructeur GV se faisant au CREPS, sur deux années : c'est donc en 1979 puis en 1980 que je suivis avec succès les sessions Instructeur niveau I (1979) et Instructeur niveau II (1980), me permettant surtout de rencontrer un formateur rare dont j'ai pu parler dans DRISH : JCV (DRISH n°42, Juin 1997).

Revoilà AVL ...
Mais revenons à notre sujet. Lorsque je revins de la formation d'animateur GV, une pratiquante de Yoga qui était aussi membre du bureau du groupe columérin, me parla de Van Lysebeth, dont elle recevait la revue, et des stages qu'il mettait en place.
Je pris les informations, et quelques mois après avoir reçu mon diplôme d'animateur GV, me voilà parti en Espagne, en train, précisément à Collbato, où j'anime mes séminaires depuis 3 ans.
C'est là que j'ai fait connaissance avec André Van Lysebeth, c'est là que j'ai fait connaissance avec le Yoga tel qu'il aurait dû nous être enseigné. En effet, je compris alors pourquoi nous étions affiliés à la FFEPGV : l'animateur de Yoga de l'époque, avait été responsable au niveau du Comité départemental de la FFEPGV, et y avait inscrit le groupe columérin. Les pratiques qu'il enseignait étaient en accord avec ce que cette fédération proposait et il y avait associé quelques techniques de Yoga et avait baptisé le tout "Yoga" alors que nombre d'exercices en étaient totalement étrangers.
A mon retour de cette première rencontre avec AVL (surnom d'André Van Lysebeth utilisé quelquefois par ceux qui le connaissaient), je modifiai complète-ment ma façon d'enseigner ainsi que le contenu de mes séances, à la surprise des participants et des dirigeants à qui je dus expliquer ce nouveau fonctionnement.
Entre temps, l'ancien animateur était parti, et j'avais en charge deux séances par semaine.

A l'heure des choix
C'est peu après que je pris le statut d'enseignant de Yoga professionnel (Janvier 1979) et de vivre de cette activité. Ce choix fut décisif pour la suite puisque je laissai alors mon statut d'Instructeur GV en charge d'une séance hebdomadaire, ainsi que mon poste de co-responsable de la Commission Technique du Comité départemental de la FFEPGV, afin de me consacrer pleinement à ma nouvelle fonction.
Mes rapports continuèrent cependant avec le monde de la GV, puisque je mis en place pendant des années, pour lui, des sessions de Yoga dans le cadre du complément de formation des animateurs et instructeurs GV, dans le Gers, la Haute-Garonne, le Tarn, la Lozère ...
Je suis revenu il y a peu, (14 Octobre 2007), rencontrer les pratiquants et animateurs et instructeurs GV, dans le Tarn pour animer une journée Yoga dont le thème qui m'a été demandé, a porté sur la verticalité, traitée à Collbato en 2005.

La rencontre
Ce qui facilita mon rapprochement avec AVL, ce fut une démonstration que je fis en 1979 d'une pratique martiale qui lui plut énormément  il s'agit de ce que les Japonais nomment le "shiwari", qui est le test de "casse", et qui consiste à briser du bois, des tuiles ou de la glace avec ses poings ou ses pieds. Contrairement à ce que l'on croit, ce "test", puisque c'en est un, demande moins de force que de concentration, et c'est le mental qui compte le plus dans ce contact particulier.
Par la suite, AVL me parla régulièrement, et même parfois des années après, des arts martiaux dont l'aspect mental l'intéressait au plus haut point.
Et pour cause : il aimait à raconter que sa rencontre avec le Yoga s'est faite grâce à l'hypnose à laquelle il s'est d'abord intéressé.
Né le 11 novembre 1919, avant de devenir professeur de hatha yoga, dès l'adolescence, il s'est d'abord intéressé à l'hypnose et à l'exploration intérieure par la suggestion. Conscient des immenses potentialités du psychisme humain, ses lectures l'amenaient à se rendre compte de l'immense domaine couvert par les sciences de l'esprit. La méditation elle-même lui semblait être une simple technique d'auto-hypnose.
Après avoir rencontré un premier yogi-fakir à Bruxelles dans les années cinquante, André Van Lysebeth étudia les ouvrages de Swami Shivananda, puis, sur la demande de son entourage, il se mit à partager et transmettre l’expérience du yoga.

La notoriété
Quelques temps plus tard, Julien Tondriau, expert agréé par le Musée du Cinquantenaire à Bruxelles, où il était attaché à la section « Antiquités tibétaines », et auteur d'un livre sur le Yoga avec J. Devondel (à noter que ce fut mon premier ouvrage de Yoga, que j'achetai, bien avant de me mettre à la pratique), lui proposa d'animer, ensemble des causeries sur le yoga. Tandis que Tondriau assurerait la conférence, AVL présenterait des postures de Yoga, ce qui était encore peu connu en Occident, dans les années 50.
C'est le même Julien Tondriau qui appela un jour André Van Lysebeth pour lui annoncer que la toute nouvelle télévision belge voulait diffuser une émission sur le yoga. Ce dernier accepta, et la rencontre avec la présentatrice eut lieu. Puis vint l'émission en direct, au cours de laquelle André allait faire une démonstration de postures.
Mais ne perdant pas le fil de ses premiers intérêts, AVL, insistait toujours beaucoup sur la méditation : celle qu'il préconisait était celle du Swami de Chidambaram, tel que Yeats Brown l'expose dans « The Lancer at large » ; au plan postural, AVL suivait les enseignements de Swami Shivananda (
Shivananda : voir les revues DRISH 10 et 12) de Rishikesh, en lien direct avec l’Ashtanga Yoga de Patanjali (Voir "Yoga traditionnel", DRISH 87-88).

Les séances
André Van Lysebeth donna ses premiers cours de yoga à Bruxelles. En Avril 1963, il rencontra Swami Shivananda, qui l'incita à démarrer un revue : « Andrew, you must start a magazine». C'est ainsi que la revue « Yoga », qui devint une référence pour nombre d'enseignants de par le monde, et qui n'a jamais eu recours à la moindre recette publicitaire, vit le jour deux mois plus tard. Swami Shivanada mourut en juillet.
AVL était intéressé par tout ce qui pouvait se lire, et lorsque je lui rendis visite pour la dernière fois, ce qu'il apprécia le plus dans ce que je lui apportai, fut un simple ouvrage humoristique.
Il avait saisi l'occasion de la lecture de DRISH pour exprimer ses encouragements en Mars 1993 (voir lettre en bas de page).
Toujours dans les années 60, André ouvrit une école et fut un des co-fondateurs de la Fédération belge de Yoga (instituée en 1964). Ami de Gérard Blitz, il participa aussi à la coordination des diverses formations européennes d'enseignants, base de l'Union Européenne qu'ils créèrent ensemble. Plusieurs milliers d’enseignants de yoga sont diplômés de son école (j'en suis un des plus jeunes diplômés, puisque j'ai obtenu mon titre à l'âge de 25 ans).
 En 1969, il oeuvra à la mise en place d'un premier Colloque International au Palais des Congrès de Bruxelles auquel participèrent mille cinq cents délégués venus du monde entier (de l'Inde, en particulier).
Ses séjours en Inde et la fréquentation de nombreux yogis en Europe, complétèrent ses sources : Swami Chidananda, Satchitananda, Gitananda, Dayananda, Satyananda et aussi Nil Hahoutoff, un des premiers à enfin oser parler de déontologie dans l'enseignement du Yoga, furent accueillis à maintes reprises à l’"Integral Yoga Institute de Bruxelles".

Ses ouvrages
Il publia son « J'apprends le Yoga » en 1967 ; l'ouvrage fut suivi d'autres : « Je perfectionne mon Yoga », « Pranayama », « Ma Séance » qui présentent le yoga de manière très détaillée en insistant sur les effets de chaque technique, et enfin, celui qu'il appelait son "bébé" que les anciens ont vu grandir et dont il évoquait la lente évolution : « Tantra, le culte de la féminité» (en 1988). Ses ouvrages sont devenus de grands classiques et sont traduits en une dizaine de langues.

La fin ...
En 2003, les stages habituels ont été annulés au dernier moment.
C'est dans le courant de l'été 2003 que je l'ai vu pour la dernière fois, et j'ai par la suite eu des nouvelles de lui par téléphone, de la part de ses proches.
Jusqu'à ce mail reçu au cours de mon séjour en Inde de 2004, annonçant son départ définitif : André nous avait quittés le mercredi 28 Janvier 2004 à 2H du matin.
Voici le petit texte que j'ai, à l'époque, inséré dans le n° 76 de DRISH, en Avril 2004 :

avl encouragements      LGE avec AVL



Un grand monsieur ...
En rentrant d'Inde,
un e-mail m'attendait, m'annonçant le décès d'André Van Lysebeth le 28 Janvier. Ce grand monsieur du Yoga avec lequel je travaillais régulièrement et avec qui j'entretenais des liens de sympathie depuis 1978, a fait connaître le Yoga à l'Occident et a publié plusieurs ouvrages faisant autorité, dont certains ont été traduits dans le monde entier.
Ayant appris le Yoga à partir des ouvrages de Swami Shivananda, puis directement auprès de ce sage, André Van Lysebeth avait son style de pratique et d'enseignement à lui, fait d'une solide connaissance du Yoga indien et d'un souci d'adaptation au monde moderne occidental.
Sa rencontre m'avait, à l'époque, marqué et amené à modifier profondément ce que j'avais reçu jusque là, qui s'apparentait plus à de la "gym douce "que du yoga proprement dit. Ce revirement ne fut pas toujours apprécié des instances administratives, estimant à tort avoir un droit de regard sur la vie pédagogique d'un cours de Yoga, ni d'autres enseignants préférant ne pas utiliser le mot Yoga pour ne pas tomber sous le coup de l'administration fiscale ...
A chacun son "job", à chacun ses choix ... J'estimais devoir à mes concitoyens, le meilleur de moi-même et je crois pouvoir dire qu'André, avec qui j'ai noué, au cours de ces années, des liens de sympathie réciproque, m'a permis d'acquérir les moyens nécessaires à l'accomplissement de cette tâche et donné le goût du travail sur l'humain que j'ai trouvé chez nombre de mes "maîtres".
J'ai eu André au téléphone quelques semaines avant son départ, et nous avions convenus que je passe le voir, si cela s'avérait possible, puisqu'il connaissait des hospitalisations régulières.
En, Août 2003, j'étais allé le voir à l'hôpital perpignanais où il se trouvait ; quelques semaines avant avaient été annulés ses séminaires d'été, et je lui avais alors demandé s'il prévoyait de reproposer ces mêmes thèmes en 2004 ... Bien sûr. J'eus alors l'occasion de lui exprimer mes remerciements quant à la voie qu'il m'avait permis de découvrir.
J'ignorais alors que c'était la dernière fois que je le voyais.
Le départ d'André fut une perte pour tous ceux qui l'appréciaient, en même temps qu'un encouragement à reprendre la suite. En essayant de faire du mieux possible ...
D'autant qu'en plus de ce qu'il enseignait, il nous a apporté de nombreuses clés que je tente de faire passer régulièrement aussi bien dans mes cours que dans les séminaires, que dans mes écrits.

Retour à la page d'accueil