spirale INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

"La leçon de silence" de Maria Montessori
               Voir aussi :

- J'améliore mon Yoga
- Une philosophie de l'être
- Stages prochains
- Votre séance de Yoga

Lors d'une session de silence (quel régal de ne pas être obligé de parler durant plus de 24 heures ! ...) nous avons évoqué Maria Montessori, pédagogue italienne. Voici un texte qu’elle a écrit et qui vaut la peine d’être lu et relu.

J'entrai un jour en classe en tenant dans mes bras une petite enfant de quatre mois que j'avais prise dans la cour, des mains de sa maman. Le petit bébé était tout serré dans ses langes, comme il était d'usage dans le peuple ; il ne pleurait pas : sa figure était joufflue et rose. Le silence de ce petit être me fit une grande impression et je voulus communiquer mon sentiments aux enfants :

       "Elle ne fait aucun bruit", dis-je : et j'ajoutai, en plaisantant : "Aucun de vous ne saurait être aussi silencieux" (je leur montrai que la petite fille avait les pieds emmaillotés  et serrés).

Il y eut une véritable stupéfaction chez les enfants qui me regardèrent, immobiles. On eût dit qu'ils étaient suspendus à mes lèvres et que ce que je leur disais répondait profondément en eux.

       "Mais comme sa respiration est délicate, continuai-je ! Personne ne pourrait respirer comme elle, sans faire de bruit...."

Les enfants, surpris et immobiles, retinrent leur souffle. On "entendit", à ce moment, un silence impressionnant. Le tic-tac de l'horloge devint perceptible. Il semblait que le bébé eût apporté une atmosphère de silence comme il n'en existe pas à l'ordinaire. Et cela, parce que personne ne faisait le plus petit mouvement.

De là naquit le désir de retrouver ce silence ; ils voulurent le reproduire ; ils s'empressèrent donc, on ne peut dire avec enthousiasme, parce que l'enthousiasme a en soi quelque chose d'impulsif qui se manifeste à l'extérieur, et que cette manifestation correspondait, au contraire, à un désir profond ; mais ils s'immobilisèrent, contrôlant jusqu'à leur respiration.

Et ils restèrent ainsi, dans une attitude sereine de méditation. C'est de cette façon que naquit notre exercice du silence.

Il me vint un jour l'idée de profiter du silence pour faire des expériences sur l'acuité auditive des enfants. Je les appelai par leur nom, à voix basse, et d'une certaine distance. Ceux qui s'entendaient appeler devaient venir près de moi, faisant le chemin sans bruit. Avec quarante enfants, cet exercice d'attente demandait une patience que je croyais impossible : j'apportai des confettis et des chocolats pour distribuer à chaque enfant qui m'arrivait
. Les enfants refusèrent les bonbons. Ils semblaient dire :

           "Ne gâte pas notre belle impression ; notre esprit est encore en train de se délecter ; ne nous distrais pas".


Je compris ainsi qu'ils étaient sensibles, non seulement au silence, mais encore à une voix qui, dans le silence, les appelait imperceptiblement. Et ils arrivaient lentement, en marchant sur la pointe des pieds, avec précaution, pour ne rien heurter ; et l'on n'entendait point leur pas.

Il fut clair, par la suite, que chaque exercice de mouvement dont l'erreur peut être contrôlée - comme, dans le cas présent, par le bruit dans le silence - aide l'enfant à se perfectionner. Et ainsi, la répétition de l'exercice peut apporter une éducation extérieure telle, qu'il serait impossible d'en obtenir une aussi fine par un enseignement extérieur.

Nos enfants apprirent donc à se mouvoir à travers les obstacles sans les heurter, à courir légèrement sans bruit, devenant souples et agiles. Ils jouissaient de leur perfection. Ce qui les intéressait, c'était de découvrir eux-mêmes leurs possibilités, et de les pratiquer dans ce monde mystérieux qu'est la vie qui se déroule.


                               (Extrait de "L'Enfant" de Maria Montessori

Retour à la page d'accueil