spirale INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A. Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -

"Les Zélus" (Rig Neilen)

Préface du traducteur

"La bouffonnerie est une philosophie. Elle est la forme la plus achevée du mépris. Du mépris absolu."    Jan Kott 

 

Ce livre était au départ, une lettre ouverte, une simple lettre.

On trouve toujours au moins une fois dans sa vie, des gens qui jugent que vous manquez de tolérance parce que vous ne leur laissez pas faire ce qu'ils veulent, ne leur laissez pas outrepasser des droits ni oublier des devoirs humains qu’ils se doivent de respecter comme tout humain digne de cette appellation. Il en est qui crient au scandale dès que vous leur résistez lorsqu'ils tentent de vous marcher sur les pieds. Ne pas céder à leurs exigences et ne pas se laisser faire sont, pour eux, synonymes d'intolérance. Ne pas accepter leurs exactions constitue, à leurs yeux, un excès d'arrogance, un manque de compréhension et le signe évident d'une régression dans le respect de valeurs fondamentales de la société des hommes, valeurs dont ils n’ont que faire mais qu’ils affichent et brandissent à tour de bras, ce qui ne m’a jamais impressionné car je trouve déplacé qu'on œuvre avec ostentation. Certains ont l'art et la manière de donner en faisant en sorte que ça se voie, mais sans avoir l'air de faire de la pub. Ils sont en général, très forts en mercantilisme démagogique. Le message profond qui les anime est : "… Laissez-vous envahir ou déposséder gentiment et nous ne dirons pas tout haut que vous êtes intolérant! …"

Les doigts dans la prise de position

Ce type de chantage est d'une violence inouïe, du fait qu'il ne se voit pas. Il reste inacceptable et révoltant. Rig Neilen l’a subi et s’y est opposé : il a toujours refusé toutes docilité, compromission et soumission et exprimé ouvertement son désaccord contre un système fait de comportements contraires aux principes élémentaires républicains et humanistes et de décisions prises sans consulter les intéressés. Légasthénien moyen, il met depuis longtemps ses compétences professionnelles et son expérience au service de ses concitoyens en enseignant une discipline dont ses concitoyens ont retiré les plus grands bienfaits et dont le cadre éthique est défini par un décret et un code de déontologie.

En Légasthénie et ailleurs, des clandestins, ont fait le choix inverse avec la bénédiction, les aides et appuis de bureaux dirigeants complices dont certains membres ont aussi, c’est là que ça se complique, le statut d’élus du Conseil légasthénien ou d’autres instances dirigeantes. Sans compétences, ils se sont saisi de cette copinante aubaine financée net par les subventions issues des impôts Légasthéniens.

Face à l’indifférence des dirigeants et de leurs maqués, face au non-respect des codes en vigueur, face aux tentatives d’intimidation, aux menaces et à ce qu’on n’appelait pas encore ‘harcèlement moral’, les professionnels ne se sont pas laissé faire, ont manifesté et dénoncé publiquement cette mascarade et marqué leur refus de laisser faire n'importe quoi et leur opposition ferme à l’impunité dont les élus se croient parés pour se permettre de licencier quiconque sans se référer aux règles et lois. Ils résistèrent à la mise au placard et s’opposèrent aux barbarons[1] de partis extrêmes se croyant de la Légasthénie d'en haut, alors que l'égalité est un principe républicain.

Les élus se sont acharnés contre ces résistants.

Riposte restante

L’auteur a dit tout haut ce que d’autres pratiquaient tout bas. Non, mesdames et messieurs les élus à la conscience apparemment tranquille, dénoncer un réseau mafieux n’est pas de la délation, dénoncer des politicards véreux aux actions nuisibles, n’est pas une forfaiture, dénoncer des malfrats n’est pas une trahison, s’opposer à l’expansion d’une énorme tromperie cautionnée par les élus du peuple qui en est victime, n’est pas une fourberie.

Cette prise de position de Rig Neilen et des professionnels défendant leur métier a amené des réactions à la fois inattendues et pourtant prévisibles quand on réalise que l’humain est capable du pire. En accord avec cet état de fait ou inertes, ce qui revenait au même, les élus ont tenté de disculper les menteurs-profiteurs pour masquer leurs manœuvres mafieuses et de défendre leur petit commerce frauduleux. Cette organisation sombre laissait le choix aux professionnels salariés : 1. ne plus pouvoir assurer d’activité du fait de leurs prises de position et de leur insoumission, ou bien 2. ne plus pouvoir assurer d’activité puisque le réseau en voulait toujours plus.

La traversée du désert commençait …

Les citoyens ont dénoncé le caractère illégitime de cette situation. Mais, ils n’étaient pas assez nombreux pour qu'on en fît un problème digne d’être considéré et ne constituaient pas une menace pour les élections futures. D’où la scission puis la coexistence de deux groupes : d’une part le Groupe Dissident, fondé par celles et ceux qui ont fait de la résistance et se sont unis autour de Rig Neilen, et, d’autre part, l’Association Privilégiée Par les Princes, les Parrains et le Pouvoir en Place (A6P) dont l’appellation ne nécessite pas d’autre explication. Question : à partir de combien de victimes, les élus se bougent-ils ? Le citoyen n’a-t-il de valeur que lorsqu’il est en nombre ou à l’approche d’échéances électorales ?

Mais comme si cela ne suffisait pas, ‘on’ ne s’est pas arrêté là.

Mais au fait, qui est "on" ? Le lecteur notera dans les pages qui suivent, l’emploi du ‘on’ pour désigner les auteurs des exactions à l’encontre de Rig Neilen lorsque ‘on’ s'est évertué à manoeuvrer avec l’intention de l’éloigner de ses fonctions. Or, on est indéfini : il est vrai que ‘on’ n’a jamais agi ouvertement, ‘on’ n’a jamais accusé Rig Neilen en face, de quoi que ce fût, ‘on’ a toujours agi en douce, ‘on’ a préféré rester caché. Si l’auteur ignore qui est ‘on’, ‘on’ prônait tolérance, acceptation et tout et tout, je veux dire toute cette panoplie de mots que ’on’ a su mettre en avant pour masquer de misérables intentions.

Le premier qui dit la vérité …

‘On’ en est donc arrivé à ce résultat : la contagion s’est alors installée et Rig Neilen a été dégradé, licencié, jeté comme les professionnels qui eurent à subir la même tentative d'anéantissement socioprofessionnel par des moyens anonymes, toujours inexpliqués. Harcèlement moral, mise au placard, suppression injustifiée d’heures de travail salariées, licenciements secs et abusifs de temps partiels sans indemnités ni préavis, par téléphone ou oralement avec insultes en public, destitution du statut salarié d’une structure dirigée par des élus, prise de contact anonyme de lieux professionnel pour inciter ses partenaires à se séparer de lui, tentative de mise à la porte de son local professionnel sans justification par un élu, sans oublier : absence de réponse de la part des adjoints et conseillers gouvernementaux, censure, disparition de 35 courriers à destination des élus, propagation de propos calomnieux et diffamatoires par certains élus et proches d’élus, omissions, suppression abusive et arbitraire d’une subvention associative, privation de local associatif durant plusieurs années, refus de parution d’un article dans le journal ‘Le Légasthénien’ qui publiait des contenus trompeurs au bénéfice des bichons des élus, conseil officieux par une élue de s’éloigner du monde associatif, actes de vandalisme sur véhicule pourtant sans reproche à part peut être de s’obstiner à rouler à droite …

On notera que ça fait beaucoup pour un seul homme … On notera aussi que ça fait beaucoup pour une seule principauté, surtout se prétendant proche du peuple.

Les élus avaient parié sur le silence de Rig Neilen. En venant les rencontrer dès le début de cette affaire, il venait poser des questions à chacun de celles et ceux qui pouvaient lui apporter des éléments de compréhension. Sans résultat. Le tort des élus est de se croire au-dessus du citoyen moyen et protégés par une immunité inaltérable La logique politicarde et même politicocarde[2], est loin d’être exemplaire lorsqu’elle laisse dire et entendre des propos calomnieux sur ses administrés, quand ce n’est pas elle-même qui les colporte.

Les faits

 

En 1976, Rig Neilen est embauché par une association dirigée par la Légionnaire, puis par celle de Mme Rose, remplacée plus tard, selon l’humeur de la Légionnaire, par Mme R.I.B. ou la Maire démontée, sous l’œil indifférent de la ministrone et de Gina. Flattée par une cour rampante et aguicheuse, la Légionnaire décide de ‘virer’ son salarié pour le remplacer par quelques membres de cette cour si attachante et délicieusement soumise à laquelle de nombreux moutons dont Cédrine, les familles Pataud et Lourdaud, membres du club échangiste, tout comme la jungle, Samine, Mlle Dupont et Mlle Lajoie venaient goûter aux propos protecteurs mielleux et pégous (en Occitan dans le texte) de la Légionnaire, encadrés par les Supermotons (Mme Glauque, Line Active, Mme Lacaisse, Madamnésis, Mister President, Canard Laquais, Maître Glaviot, les gourous de secours …). La Bielle de Cadix, la Mollette, quelques gourous charmeurs, Anne O’Nyme, Maîtropolitain, Gouroulette russe,Maître pliant, en retirèrent de nombreux bienfaits sonnants et trébuchants.

Plusieurs cas semblables se présenteront en Légasthénie, sous l’effet d’une sorte de contagion imprévue : Monsieur des R.G., le nain, Master Masseter, Mieloso. Lino, grand pote à Gégé Lepoing, Hugues de Sardaigne, l’homme du ministaire, Léon-Armand ne virent aucun inconvénient à ce que les choses se déroulassent ainsi. Emboitant le pas, alors que le p’tit conquérant n’était pas encore né, le Facteur et Clovis décidèrent de dégrader leur salarié tandis que Dallas de Pique et JR, conseillés par Pépine la Brève, manièrent le ciseau de la censure, les manœuvres d’interdiction et la SDFisation, aidés par une administration incontestée dont celle degourou jumeau, les médias locaux dirigés par Jack l’éventeur, ainsi que le préposé au détournement de courriers, sous l’œil myope et vitreux du Vice-Président, de Grand Gourou, de certains Ministrapontins et du Mayor.

Rig Neilen déclara à ceux qui ont bien voulu l’entendre :

J'ai dit ce que je pensais, agi ouvertement et ai toujours pris position clairement face à l'injustice, le fanatisme, l’ignorance crasse qui se suffit à elle-même, la tyrannie et l'autoritarisme, pour défendre mes intérêts ou ceux d'autres personnes. J'ai toujours fait entendre ma voix, et opposé et tenu des engagements déterminés chaque fois que les libertés individuelles d'action et de pensée étaient menacées. J'ai exprimé ouvertement mon désaccord contre la situation d'un système mafieux,  irresponsable, malhonnête et inconscient. Je pense que mes concitoyens méritaient mieux qu'une association de malfaiteurs.

Suivis par les adhérents ayant contesté les décisions politicardes, les licenciés dont les choix de vie et d’action n’ont jamais été synonymes de laisser-faire ni de compromission, s’unirent en association : elle fut interdite de salle, interdite de subvention et interdite de parution d’informations dans la presse locale durant de nombreuses années.

Enfin, cerise sur le gâteau et goutte d’eau qui fit déborder le vase, Antilexis, pote à Bobby et petit chef des sports très respectueux du Petit Manuel d’Instruction Cynique, prit tout seul à l’unanimité la décision de retirer à l’association, la modeste subvention qu’elle avait fini par obtenir, petit pécule mais vital pour elle, sous le prétexte officieux qu’elle ne marchait pas dans l’esprit démagogique de ses fantasmes.

Il y a de quoi s’interroge quand on sait que des Zélus du Parti du peuple, se sont dits ‘profondément choqués’ (sic) lorsqu’un simple citoyen s’est mis en tête de demander justice.

Parachute doré

Dégradé de ses fonctions et licencié, des élus, Rig Neilen n’eut pas droit à un parachute doré, ni à un parachute du tout, d’ailleurs. Leur but ? Qu’il s’écrase. Et qu’on n’en parle plus.

Mais face à ces élus ayant tous pouvoirs, il avait ceux de sa pensée et de sa liberté.

On ne tue pas une idée … Rien ne l’a fait dévier de son projet : ni les groupements opposés, ni les dirigeants laxistes, ni les concurrents déloyaux, ni les élus complices, ni les organisations anesthésiées.

Mais … Mais si tout ceci vous semble irréel, si tout ce qui est présenté ici vous semble incroyable, veillez. Oui, veillez ! Car ce qui s’est passé en Légasthénie est peut-être en train de se passer aussi chez vous.

 

Gill-Eric Leininger Molinier, Colomiers, 5 Juillet 2013



[1] Barbaron : personne se pensant de classe supérieure et se conduisant de façon brutale et arriérée

[2] Politicocarde : qualifie l’action d’élus affichant les couleurs républicaines sans respecter les valeurs du même nom

 

Retour à la page d'accueil