INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -


Le diaphragme

 

Voir aussi :
     - Pourquoi respirer par le nez ?
                                - Bien respirer         - Libérer le diaphragme            - Stages prochains                   - Yoga : un bénéficiaire : le diaphragme
     - Priorité à une bonne respiration, ample, profonde, lente, correcte
         - La Conscience du Souffle         - La Tradition du souffle

     - Le prânâyâma, le travail sur le souffle
        
   ...

---

De façon générale, le diaphragme est une cloison transversale séparant des éléments anatomiques.

Plus précisément, en anatomie humaine et animale (pour les mammifères seulement), le diaphragme se définit comme une cloison musculaire et tendineuse naturelle en forme de coupole, qui sépare les cavités thoracique et abdominale et jouant un rôle essentiel dans la respiration.
Il est constitué de deux hémi coupoles à convexité supérieure relié par le centre phrénique, zone fibreuse à concavité supérieure.
Travaillant sous le contrôle des centres respiratoires, il peut être soumis à la volonté.
De façon figurée, la poitrine et le ventre symbolisent la partie instinctive de l’homme, ce qui faisait écrire à Alain (Propos, 1923) :
     ˝Le héros homérique ne pense point avec sa tête. La délibération est toujours entre le cœur et le diaphragme˝.
Pont reliant la partie postérieure du tronc à sa partie antérieure, l
e diaphragme joue un rôle dans les phénomènes suivants :
. Inspiration : c’est sa contraction qui permet l’entrée de l’air dans les poumons. . Approximativement, 1 cm d’abaissement du diaphragme fait entrer ½ litre d'air dans les poumons.
. Phonation : la remontée du diaphragme pendant l'expiration permet le contrôle du flux d'air qui met en jeu l'appareil phonatoire.
. Digestion : le diaphragme masse les viscères abdominaux par ses mouvements permanents : estomac, pancréas, foie, colon transverse, intestin, en profitent. Il favorise leur bon fonctionnement.
. Circulation sanguine : l'alternance de pression et dépression intra thoracique et intra abdominale, assure un mouvement de pompe sur la circulation de retour veineux et lymphatique.
. Statique corporelle : possédant de puissantes insertions sur la colonne vertébrale lombaire, le diaphragme s'appuie sur les viscères abdominaux.
L’un des problèmes courants chez les Occidentaux est le manque d’expiration.
On notera qu’il est essentiel de considérer qu’on n’apprend pas à respirer, contrairement à ce qui se dit parfois, mais qu’il est urgent et essentiel de redonner au corps les moyens de bien respirer.
La nuance est de taille.

Enfin, si l'expiration est passive, par décontraction du diaphragme, il importe de donner la préférence à l’expiration consciente et allongée.
Il est important, au-delà de l’aspect ˝mécanique˝, d’aborder les domaines de la psychologie, la psychopathologie et la neuro-psychosomatique modernes pour mieux comprendre l’effet des émotions sur le soma, sur le souffle, sur le diaphragme.
Il faut chercher à comprendre pourquoi cette paroi manque de mobilité, comment les émotions peuvent avoir des impacts durables s’étalant sur les années, parfois les décennies. Des techniques élaborées permettent de mobiliser le diaphragme dans les meilleures conditions d’efficacité et de prudence.

Retour à la page d'accueil