spirale INSTITUT LEININGER - Ecole de Yoga du K.R.I.Y.A.Khaj div

- Un bon mental, une bonne philosophie de vie, un corps souple et fort pour mieux vivre sa vie -


Questions-Réponses -
Thème : Questions pédagogiques

A voir aussi :
     - L'école de Yoga                                    - La revue de Yoga                               - Qui est l'auteur de ce site ?              - Programme de l'année
     - Prix de l'Académie du Languedoc        
- Mes engagements                              - Une méthodologie adaptée                - L'esprit des stages de Yoga
     - Une philosophie de l'être et une pédagogie adaptée                                        - Votre séance de Yoga                        - Votre séance individuelle personnalisée
     -
Objectifs de l'école de Yoga                 - De la posture à l'attitude                   - Le mouvement c'est la vie              
   - La pratique du silence.
     -

Est-il normal, dans certaines positions de Yoga, d'avoir mal aux muscles ou aux articulations ? 

Un de mes enseignants aimait à dire que "Un Yoga qui fait mal est un yoga mal fait". Il avait raison ; pensez que les textes de base du Yoga, les Yoga-sutra consacrent une courte phrase à la pratique posturale. Mais quelle phrase! Elle dit qu'une posture doit être ferme et agréable. Donc, pas de douleur, pas de souffrance, d'autant que le Yoga, comme d'autres systèmes orientaux, tente de libérer l'être humain de la souffrance. Donc ne tolérons pas la douleur au cours de la pratique, surtout si on l'accomplit dans l'esprit des Yama et des Niyama qui sont les règles de base du Yoga traditionnel.

On évoque souvent le "maître", dans la pratique du Yoga. Est-il nécessaire, et si oui, comment le choisir ? 

Votre question est délicate car la notion de "maître" reste, en Occident, un sujet tabou et de ce fait, difficile à traiter. Qu'est-ce qu'un maître ? J'ai toujours considéré que c'est la personne qui suit une voie, qui s'y tient, et qui est reconnue comme maître en fonction de ses actes, attitudes, comportements, et surtout pas par ses titres, couleur de peau, dénomination, nom sanskrit, tibétain ou autre, ornements extérieurs ... Je sais qu'en disant cela je ne me fais pas des amis, mais comme disait je ne sais plus quel auteur, la sagesse ne se démontre pas lors des efforts, mais dans l'action quotidienne. Car la maîtrise doit se percevoir dans les actes les plus élémentaires et non dans l'élaboration d'un discours occasionnel ou d'actes ponctuels. De plus, je suis convaincu qu'au cours d'une vie, nous rencontrons plusieurs maîtres. Il faut savoir les reconnaître, les remercier de ce qu'ils nous apportent, mais on doit, je pense, éviter de se "coller" à eux au point d'en dépendre : n'oublions pas le fondement-même des philosophies orientales qui est la recherche de la libération de la condition humaine et de l'autonomie ... Et aussi que l'on prête au Bouddha cette sentecnce : "Ne places pas de tête au dessus de ta tête".
Bonne réflexion.

Il fait très chaud ... Peut-on faire du Yoga malgré cela ? Et doit-on prévoir des pratiques différentes ?

La question des conditions climatiques, ou en tout cas atmosphériques, est importante dans le choix des pratiques, en effet. Avec les chaleurs comme celles que nous connaissons actuellement, il est important de pratiquer un yoga doux, peu violent, afin d'éviter une sudation trop importante. On évitera aussi certaines postures en fermeture qui limitent la ventilation et empêchent le rayonnement de se faire, lequel rayonnement permet de libérer le corps d'une bonne partie de la chaleur. Donc, pratique à modérer, en attendant des températures plus clémentes.

Peut-on modifier certaines pratiques en fonction des pratiquants que l'on reçoit ? 

Tout est toujours une question d'adaptation ; certaines techniques peuvent être modifiées en fonction du ressenti lorsqu'on les aborde. C'est la pratique qui doit être adaptée au pratiquant ; jamais l'inverse. 

Vous déclarez enseigner à de petits groupes ; pour quelle raison ? 

Il est imposible, pour des raisons pédagogiques, d'enseigner le Yoga à plus de 10 personnes à la fois, ou bien ce sont des pratiquants très avancés qui pourraient se passer d'enseignant. Le petit groupe est la condition sine qua non du bon travail ; le sérieux d'un enseignement ne se mesure pas au nombre de personnes qui le suivent ou au nombre de cleints, mais au sérieux de son travail.  

Qu'appelez-vous psychopédagogie adaptée ?

Il s'agit d'adapter lenseignement du Yoga et son message aux gens que nous recevons et non l'inverse comme le croient ou le font croire certains enseignants qui n'ont pa sassez fouillé la question. Cette notion est hélas inexistante dans la formation. Elle est pourtant fondamentale. 

Le Yoga peut-il être pratiqué par les enfants ? 

Le Yoga peut être pratiqué presque à tout âge avec cependant des réserves d'ordre psychopédagogiques : toutes les pratiques ne sont pas à faire, et on doit se poser la question : l'enfant en a-t-il besoin ? Et le veut-il ? Le Yoga pour enfants n'est qu'une invention occidentale, même si je reconnais avoir guidé des enfants (et pré-adolescents) dans cette discipline, avec d'excellents résultats. Il suffit d'adapter le Yoga à l'enfant. Mais pensez avant toute chose à vous poser les questions ci-dessus.

Vous parlez d'adaptation du Yoga : qu'est-ce que c'est ?

La question de l'adaptation du Yoga est une question pertinente et trop peu de gens se la posent ; elle est pourtant essentielle. Le Yoga tel que pratiqué en Inde, n'est sûrement pas adapté, il faut l'ajuster à notre monde et à notre époque. Cela se vérifie sur les plans technique, psychologique, spirituel, et philosophique. D'ailleurs nombre de concepts orientaux ont été mal compris par nos sociétés occidentales, induisant en erreur aussi bien les pratiquants que les enseignants.
Cette adaptation à notre monde ne peut se faire qu'en ajoutant à la formation en Yoga, celles en médecine ou en psychologie ; je l'écrivais il y a 20 ans, j'y crois encore aujourd'hui.
Bonne réflexion et bonne pratique.

Peut-on pratiquer le Yoga pendant l'été ? 

Je me rends compte que je vous réponds un peu tard et que la fraîcheur de cette fin d'Août rend mes propos un peu caduques... 
On peut, bien sûr pratiquer le Yoga en été, à condition de ne pas transpirer : on pratiquera donc des techniques plus douces. Pas de contre-indications tant que le confort est assuré. Pour ce qui est des techniques spécifiques, on pensera à faciliter le retour veineux, plutôt malmené avec la chaleurs et à privilégier certaines pratiques rafraîchissantes. Et puis, se relaxer. On veillera donc à pratiquer des techniques ayant tendance à rafraîchir et à détendre.
Bonne pratique.

Dans certaines pratiques, mon professeur de Yoga vient nous appuyer sur le dos pour nous permettre de "gagner" un peu ; mais c'est quelquefois douloureux. Quel conseil avez-vous dans ce domaine ?

Tout enseignant de Yoga a l'obligation de respecter ses pratiquants et de les assurer de son obéissance au principe majeur de "ahimsa", que l'on traduit en général par "non-violence" ou de "ne pas nuire", propre au Yoga, puisqu'il en est la première règle.Donc, tout comportement à risque est à bannir, et celui que vous décrivez est particulièrement dangereux et néfaste.

Yoga et asthme : Bonjour, j'ai eu une voisine ce WE qui m'a demandé pour sa fille de 7 ans qui a de l'asthme, des respirations. Le médecin lui a dit qu'elle devait apprendre à respirer sans rien lui préciser de plus ! que puis je lui apprendre pour ne pas faire d'erreur??? Merci et bonne journée. M. N.

La pratique du Yoga permet d'améliorer de façon sensible, la fonction respiratoire. Dans le cas de l'asthme, deux éléments vont être particulièrement utiles : l'apprentissage de la relaxation, laquelle permettra à l'enfant de mieux se contrôler en cas  de crise, et le travail d'expiration qui assurera une meilleure ventilation pulmonaire.

Retour à la page d'accueil